Le RSMA va former 550 personnes l'année prochaine

Une vingtaine de formations sont proposées par le RSMA
© Service de communication de la Présidence | Une vingtaine de formations sont proposées par le RSMA

Le RSMA s’est engagé à former de plus en plus de jeunes polynésiens. Une vingtaine de filières sont d’ores et déjà proposées. Elles seront régulièrement réajustées en fonction du marché de l’emploi.

Hélène Harte
Publié le , mis à jour le

La Ministre de la Solidarité et de l’Emploi, Manolita LY, et le Ministre de l’Education, Michel LEBOUCHER, se sont rendus hier au camp d’Arue, pour une visite du RSMA (Régiment du service du militaire adapté). Accompagnés par plusieurs membres de la commission Santé-Travail de l’Assemblée de Polynésie française, ils ont été accueillis sur place par le chef de corps du RSMA (Régiment du service militaire adapté) en Polynésie française, le colonel Sébastien PY. Cette visite faisait suite à la convention signée le 11 février dernier, à la Présidence, entre l’Etat, le Pays et le Régiment du Service du militaire adapté, qui va permettre de former encore davantage de jeunes Polynésiens, au sein de cette structure, dans les années à venir. Les deux ministres ont ainsi pu, concrètement, voir les formations dispensées et rencontrer des stagiaires. Dans le cadre de la convention signée ce mois-ci, le nombre de personnes prises en charge va ainsi passer de plus de 500 en une année à plus de 550 dès l’année prochaine.  La volonté du Pays est même d’aller bien au-delà, puisqu’il est prévu, d’ici 2016, que le RSMA en Polynésie française atteigne un effectif de 700 personnes, avec 550 places pour les volontaires stagiaires, mais également plus de 130 postes de volontaires techniciens (contrats de 1 an renouvelable trois fois). Une vingtaine de formations (magasinier, aides aux personnes, entretien des espaces verts, métiers de la mer…) sont actuellement proposées. Par le biais du Conseil de perfectionnement qui réunit, au moins une fois par an, représentants du Pays et de l’Etat, des ajustements sont régulièrement faits afin de mettre en adéquation les formations proposées - création ou suppression de filières professionnelles - avec les évolutions du marché de l’emploi.
 
Source : communiqué de la Présidence