Le 15 août 1944, les Ultra-marins débarquaient en Provence

Le 15 août 1944, les Ultra-marins débarquaient en Provence
© Davric/Wikimedia | Le mémorial du Mont-Faron.

Le 15 août, François Hollande se rendra aux commémorations du débarquement de Provence, près de Toulon. Le Président, accompagné de la ministre des Outre-mers George Pau-Langevin, y saluera la mémoire de tous ceux qui ont aidé à libérer la France en 1944. Dont les Ultra-marins.

Eric Tang
Publié le , mis à jour le

La commémoration du débarquement de Provence se fera en deux temps. Dans le premier, en compagnie de la ministre des Outre-mers Georges Pau-Langevin, François Hollande se rendra au Mont-Faron où il y soulignera en particulier le rôle capital des Ultra-marins dans la libération de la France.
"Mettre en avant le rôle des Outre-mer et des soldats des anciennes colonies françaises dans la libération du territoire", tel est l’objectif que s’est fixé François Hollande en cette année 2014, qui marque les 70 ans de la Libération de la France.

Dans un second temps, le président recevra des vétérans de 15 nations sur le porte-avions Charles-de-Gaulle, celles qui ont participé à cette opération d'envergure.

Le 15 août 1944, les Ultra-marins débarquaient en Provence


Le débarquement en Provence est une opération militaire menée pendant la Seconde Guerre mondiale (nom de code Anvil Dragoon) à partir du 15 août 1944 par les troupes alliées dans le sud-est de la France (entre Toulon et Cannes).

Parmi elles, de nombreux Ultra-marins venus des Antilles et de la Guyane (les Dissidents), de Nouvelle-Calédonie et de Polynésie (Bataillon du Pacifique), de la Réunion et de Saint-Pierre et Miquelon.
La Fondation de la France Libre estime qu’au moins 3 500 Ultramarins se sont engagés pendant la Seconde Guerre mondiale.

Environ 260 000 combattants débarqueront dans les mois qui suivent, dont 5 000 auxiliaires féminines, 10 % étaient originaires de la métropole (les « Français libres » du général de Gaulle) ou d'Afrique noire, 90 % venaient d'Afrique du Nord dont une écrasante majorité pour les DOM d'Algerie; parmi ces derniers, 52 % étaient d'origine maghrébine et 48 % d'origine européenne (les Pieds-Noirs).

L'opération Dragoon incluait un atterrissage de planeurs (opération Dove) et un faux débarquement dans le nord de l'Italie (opération Span).