L’Outre-mer inspire la création du SMA en Métropole

Grâce au SMA, 78 % des jeunes insérés professionnellement
© Polynésie 1ère | Archives

François Hollande à inauguré aujourd’hui à Alençon les trois premiers centres métropolitains du "service militaire volontaire", un dispositif d'insertion professionnelle de jeunes en grande difficulté largement inspiré du modèle développé depuis des décennies déjà outre-mer

Hélène Harte
Publié le , mis à jour le

Deux centres seront créés à l'automne prochain, le premier à Montigny-lès-Metz (Moselle) dans une caserne et le second, sur la base aérienne de Brétigny-sur-Orge (Essonne) pour accueillir quelque 860 jeunes d'ici à la fin 2016. Un troisième le sera "dans le sud de la France", en un lieu non encore déterminé, en janvier 2016.
             
Ces centres, qui relèveront du ministère de la Défense, recevront des jeunes de 18 à 25 ans pour leur offrir des formations professionnelles liées aux besoins des bassins d'emplois locaux ou des "secteurs en tension" à l'échelle nationale, comme l'hôtellerie et le BTP. Nourris et blanchis, les jeunes porteront l'uniforme, encadrés par des militaires.
             
François Hollande, qui a fait de la jeunesse, de l'emploi et de l'éducation les toutes premières "priorités" de son mandat, devrait confirmer ces éléments lors d'une visite d'un établissement public d'insertion de la Défense (Epide) à Alençon. Il devrait également confirmer sa décision de porter de 3.500 à 4.500 par an le nombre de jeunes accueillis dans les Epide qui relèvent quant à eux du ministère de la Ville. A titre d'exemple, la capacité de celui d'Alençon passera de 90 à 120 places dès cette année.
             
Ce déplacement présidentiel intervient alors que les chiffres du chômage pour le mois de mars sont attendus à 18H00. Repartis à la hausse en février, avec 3,49 millions de demandeurs d'emploi, ils flirtent avec le record historique établi fin 2014: 3,5 millions.
             
Le SMA, créé en 1961, a accueilli en 2014 quelque 5.660 jeunes. A l'issue de ce service volontaire, les trois quarts environ des jeunes ont été "insérés" dans la vie active, alors qu'au début de leur formation, au moins 30% étaient en situation d'illettrisme et 60% n'avaient pas leur brevet des collèges.
             
Quant aux Epide, ils visent à aider les 18-25 ans sortis du système scolaire sans diplôme ni qualification à retrouver un projet professionnel, avec des formations et une immersion en entreprise pendant 6 et 12 mois.
             
A l'été 2014, le président Hollande avait visité pendant plusieurs heures le bataillon du SMA de Mayotte, dont la devise proclame fièrement: "notre victoire, leur réussite".
             
L'encadrement militaire avait alors insisté sur la spécificité de ces structures, qui conjuguent la formation professionnelle avec une remise à niveau scolaire et une éducation au "savoir-être" (ponctualité, politesse, civisme etc.).
             
François Hollande visitera une installation similaire en Guadeloupe lors d'une tournée dans les Antilles début mai.
             
Source : AFP