Education : des priorités pour la rentrée

Séminiare Education
© Service de communication de la Présidence

Le Ministre de l’Education a fait, aujourd’hui un point d’étape sur la mise en œuvre des priorités en matière d’éducation au cours d’un séminaire des personnels d’encadrement.

Hélène Harte
Publié le , mis à jour le

Une meilleure gestion des ressources humaine s’avère nécessaire pour optimiser les performances du système éducatif polynésien. Pour la prochaine rentrée scolaire, des évolutions importantes sont prévues avec notamment un redécoupage des circonscriptions du 1er degré, la création de l’ESPE (Ecole supérieure du professorat et de l’éducation), une meilleure couverture en titulaires, dans le 1er degré, pour les îles éloignées ou encore l’amélioration de la qualité des remplacements Les enjeux sont importants puisqu’il s’agit de lutter contre le décrochage scolaire et d’élever le niveau de qualification. En Polynésie, le décrochage scolaire trouve en grande partie son origine dans l’insuffisance d’une offre de formation de proximité, notamment dans les îles, d’où l’engagement du ministère sur la réforme des CJA (Centre pour jeunes adolescents) et CETAD (Centres d’Education aux technologies appropriées au développement), le développement des GOD (Groupement d’observation dispersés) et la création de deux nouveaux établissements dans les îles, avec les lycées de Moorea et Bora Bora, pour l’enseignement général, technologique et professionnel.
 
L’une des priorités est ainsi de conforter l’enseignement technologique et professionnel au regard de sa contribution à la réduction du décrochage scolaire. En parallèle, des dispositifs pédagogiques innovants (Objectif réussite scolaire, école ouverte, école numérique, développement des relations internationales) vont être développés. Pour ce qui est de l’amélioration du cadre d’enseignement, un effort sans précédent du Pays sera aussi consenti.
 
Le pilotage du système éducatif passera notamment par une réorganisation des services, avec ainsi la création d’une direction générale de l’éducation et des enseignements (DG2E) ou encore la création d’un département de la prospective. Les réformes initiées prévoient aussi la mise en place d’un comité de pilotage présidé par le ministre en personne. 

Source : communiqué de la Présidence