Edouard Fritch reçu par le vice-président chinois

Edouard Fritch reçu par le vice-président chinois
© Présidence

Signe tangible de l’intérêt de la Chine pour la visite officielle en cours, le président Fritch et la délégation de Polynésie française ont été reçus, mardi après-midi, à Pékin, par le vice-président de la République populaire de Chine, Li Yuanchao.

E.Tang / Présidence Publié le , mis à jour le

Au cours d’un long entretien, le Vice-Président chinois a dit son enthousiasme à l’idée de voir des partenariats et des relations bilatérales se mettre en place entre la Chine et la Polynésie, et ce dans une logique de « bénéfice mutuel ».
A l’instar du projet aquacole de Hao, de projets hôteliers, les possibilités de développement sont importantes, dans le respect de l’environnement, a souligné le vice-président chinois. Il a, par ailleurs, rappelé le contexte des bonnes relations entretenues par la France et la République populaire de Chine, depuis plusieurs décennies, et notamment depuis le général De Gaulle.

Sur la route de la soie


Cent cinquante ans après l’arrivée des premiers Chinois en Polynésie, en 1865, des investisseurs chinois peuvent de nouveau jouer un rôle important dans le développement de nos îles, a indiqué, pour sa part, le Président Fritch. Mettant en avant le potentiel touristique de Tahiti et ses îles, citant l’appel à manifestation d’intérêt pour le Mahana Beach à Punaauia, avec notamment deux sociétés chinoises en lice, le Président Fritch a également fait référence à la « route de la soie », concept cher aux autorités chinoises. En effet, la Polynésie peut tirer avantage de sa situation géographique, sur les routes, maritimes ou aériennes, entre la Chine et les pays d’Amérique du Sud.
Visiblement sensible aux arguments développés, le Vice-Président Li Yuanchao a ajouté, qu’aux yeux de la Chine, il n’y avait pas de petit pays et que tout partenariat initié méritait d’être amplifié. Il a ajouté qu’il ne manquerait pas de s’arrêter en Polynésie à l’occasion d’un futur déplacement entre la Chine et l’Amérique du Sud.

Le Président Fritch s’est entretenu avec la présidente de cette association, Mme Li Xiaolin, qui est venue en visite officielle en Polynésie française en octobre 2013. La présidente de l’APCAE se réjouit du développement des relations entre la Polynésie et la Chine, avec notamment, a-t-elle souhaité, pour profiter au tourisme polynésien dans un futur proche, la mise en place d’une ligne aérienne directe entre Pékin et Tahiti.

Perle noire et bus électrique


L’entretien s’est déroulé en présence également de Wang Cheng, du consul de Chine en Polynésie française, Long Ling, ou encore du chef d’entreprise Robert Wan, la perle noire polynésienne étant un produit susceptible également de trouver d’importants débouchés sur le marché chinois. Dans une démarche consistant à mieux faire connaître la Polynésie auprès de la Chine, le président Fritch a, par ailleurs, été interviewé par la principale chaîne de télévision chinoise, CCTV, une équipe de cette chaîne devant se rendre prochainement en Polynésie afin de réaliser un reportage consacré à nos îles.

Au terme de la visite du matin à l’APCAE (Association du peuple chinois pour l’amitié avec l’étranger), et dans un geste montrant son intérêt pour la préservation de l’environnement, l’entrepreneur Wang Cheng a en outre remis au Président Fritch un bus électrique. Disposant d’une vingtaine de sièges pour les passagers, d’une autonomie d’environ 200 km, totalement silencieux, ce véhicule sera amené d’ici quelques semaines, par bateau, en Polynésie.

Edouard Fritch reçu par le vice-président chinois
© Présidence