Edouard Fritch: "le succès d'un gouvernement se mesure au succès de son système éducatif"

Etats généraux de l'Education
© Service de communication de la Présidence

Le président Edouard Fritch, accompagné de la ministre de l’éducation, Nicole Sanquer Fareata, et de la ministre du travail, Tea Frogier, a officiellement ouvert, lundi matin, les états généraux de l’éducation, organisés dans les locaux du lycée hôtelier d’Outumaoro, à Punaauia.

Brigitte Olivier, Hélène Harté Publié le , mis à jour le

Les principaux responsables de l'éducation en Polynésie française sont invités à participer aux états généraux de l'éducation. Ils se tiennent au lycée hôtelier de Punaauia, durant 48 heures.


En préambule de cette réunion qui rassemble les ministres de l'éducation, du travail, le président de l'université et le vice-recteur, le président Edouard Fritch a fait observer une minute de silence en mémoire de Jacques-Denis Drollet, dont il a rappelé qu'il était à l'origine des bases du système éducatif en Polynésie.
Ce système est relativement récent, puisque le premier bachelier Polynésien a obtenu son diplôme en 1965. Le Pays accuse toujours un certain retard par rapport à la métropole en terme de réussite scolaire et le président a souligné que le "succès d'un gouvernement se mesure au succès de son système éducatif".
Bien des chantiers restent donc à mener à leur terme. Le numéro un du gouvernement a quand même tenu à réaffirmer qu'années après années les différences s'amenuisent entre les résultats de la métropole et ceux du fenua.
 
Ces états généraux sont une première et font suite à la charte de l'éducation, promulguée par une loi de pays le 29 Août 2011. Un projet éducatif quadriennal, adossé à cette charte, a été signé lundi matin.

En milieu de matinée, tous les participants ont été invités à se répartir en ateliers pour un travail de réflexion. Ce sont sept ateliers qui vont définir la politique du pays pour une meilleure prise en charge des élèves et de leurs besoins. Les travaux seront restitués mardi soir. Les associations de parents d'élèves ont été invitées à partager ces débats.

Voici le discours du président Edouard Fritch: