Drame de Taravao: le point sur l'enquête

autopsie2
© D.R. | C'est sur une table d'autopsie comme celle-là que les premiers éléments sont attendus (image d'illustration)

« Il a essayé de me tuer… » Ce sont les derniers mots de la jeune femme, qui décèdera dans l’ambulance. Selon des témoignages de proches, ce jour-là, le conjoint avait confié l’enfant du couple à sa sœur, ce qui pourrait laisser penser que l’acte était prémédité.

Pierre Emmanuel GAROT avec Maruki DURY Publié le , mis à jour le

24 heures après les faits, le mis en cause n’a pas pu être entendu par les enquêteurs, car il est brûlé à près de 90 % et son pronostic vital est toujours engagé.

D'après les premières constatations, la maison était en feu quand les secours sont arrivés sur place. Le meurtrier présumé était lui aussi, une véritable torche humaine, penché sur la victime qui n’était, à ce moment-là, pas encore morte. D’après les premiers éléments, elle a reçu plusieurs coups de couteau.

Les pompiers ont immédiatement maîtrisé les flammes et pris en charge les deux brûlés.

Un acte prémédité ?

L’autopsie de la victime n’a pas encore eu lieu mais elle est prévue aujourd’hui, en fin d’après-midi, au plus tard. On saura à ce moment-là si la jeune femme de 25 ans, est décédée à cause des coups de couteau. C’est en tout cas l’hypothèse la plus probable selon les enquêteurs.

Le compagnon aurait poignardé à plusieurs reprises la jeune femme avant d’avoir tenté de se donner la mort en s’immolant.
Si cette version est confirmée, l’homme pourrait être mis en examen pour meurtre aggravé sur conjoint.

La peine prévue par le code pénal dans ce cas là, est de 30 ans de réclusion criminelle.