Des visas délivrés en 48h aux touristes chinois

touristes chinois
© Un groupe de touristes chinois pose devant la tour Eiffel, le 27 mars à Paris. (ERIC FEFERBERG / AFP)

Laurent Fabius veut simplifier les procédures de demande de visa, afin d'augmenter le nombre de touristes chinois en France, avec à la clé, une manne financière. Cette décision aura également des répercussions sur la Polynésie.

polynesie1ere.fr, francetvinfo, Axelle Mésinèle Publié le , mis à jour le

Deux jours, au lieu de 10 jours en basse saison, jusqu’à 3 semaines - 1 mois en haute saison pour obtenir le précieux sésame... c’est la décision prise par Laurent Fabius pour inciter ces voyageurs dépensiers à venir dans l’hexagone. 

Le chef de la diplomatie française a voulu marquer le 50ème anniversaire des relations bilatérales entre ces deux pays. "Je pense qu'on peut encore simplifier (les démarches). Pour ce qui est des hommes d'affaires, des touristes, etc, il n'y a pas (...) de risque migratoire" estime le ministre des affaires étrangères. Le ministre s’est d’ailleurs rendu au centre franco-allemand des demandes de visas à Shangai, sous-traité à une entreprise privée, TLS Contact. Cette mesure sera effective à partir du 27 janvier prochain. 
 
La France accueille désormais plus d'un million de touristes chinois par an, mais "avec le développement du niveau de vie, ils pourraient être trois ou cinq millions", selon le ministre. Pour attirer ces touristes, la concurrence fait rage entre les pays membres de l'espace Schengen. Car en choisissant telle ou telle destination "d'entrée" dans la zone, les touristes assurent des retombées juteuses pour le pays concerné. La compagnie aérienne nationale, par exemple, est souvent préférée. La capitale d'arrivée bénéficie également des achats des touristes effectués au moment du départ, soit environ 1500 euros pour un voyageur chinois.

Selon Christian Marchandise, directeur de TLS, une "bagarre mondiale considérable" est même engagée pour séduire les Chinois. "Il y a des pays qui sont un peu moins exigeants que nous" pour vérifier que le candidat au voyage réponde aux critères d'accès à l'espace Schengen, a constaté Laurent Fabius.
 

La Polynésie Française sera-t-elle concernée ?

Oui, estime le consul de Chine, Wu Dong. Ecoutez les propos recueillis par Vaitiare Nauta :

wudung visa chinois


En novembre, selon l’ISPF, la Polynésie Française avait accueilli 1736 touristes chinois, soit 1,2% de part de marché. A titre comparatif, les touristes américains représentent un tiers du marché.