Daniel Vana'a est le 5e Polynésien promu commandant de brigade de gendarmerie

Daniel Vana'a
© Polynésie 1ère | Daniel Vana'a est le 5ème Polynésien à devenir commandant de brigade

Daniel Vana'a, adjudant de 49 ans, a été nommé ce vendredi 2 octobre à la tête de la brigade d’Arue-Mahina. Cela fait près de 21 ans que Daniel Vana'a est gendarme. Il a effectué la majeure partie de sa carrière en Polynésie. Portrait 

polynesie1ere.fr avec Nicolas Suire Publié le , mis à jour le

Il a désormais les pleins pouvoirs d’un commandant de brigade. Daniel Vana’a est fier mais pas autant que sa famille, évidemment présente lors de la cérémonie officielle qui s'est déroulée ce vendredi 2 octobre à la brigade d'Arue.


Daniel Vana'a
© Polynésie 1ère | Promu commandant de brigade, Daniel Vana'a fait la fierté de sa famille et, surtout, de sa maman .

Tout au long de la cérémonie, la maman du militaire, devenu commandant de la brigade de gendarmerie d'Arue-Mahina, n’a pas desserré le képi de son fils. Ses frères, respectivement pompier et policier à la DSP, sont eux aussi très fiers de leur aîné, d'autant qu'il a du remplacer le père disparu il y a désormais 30 ans. 


Pour sa femme, qui s'est dévouée à son mari et sa famille, Daniel a mérité cette promotion, une suite logique à sa carrière. 


Daniel n’a pas toujours été gendarme. Ce père de famille a également été maçon, chauffeur-livreur et secrétaire à la flottille administrative pendant six ans. La gendarmerie a été une révélation, même s'il estime que cette profession est plus exigeante tant sur le plan personnel que familial. 


Sa femme lui reconnaît une nature patiente et un contact facile avec les gens. Des qualités qui lui ont évité bien des ennuis, surtout lors de l’interpellation de Benacek, le braqueur de Papara, il y a 15 ans. De ce faits divers, la femme de Daniel se souvient comme si c'était hier. Ce jour-là, elle a eu la peur de sa vie. 


Trois heures plus tard, le braqueur était écroué. Et, Daniel rentrait sain et sauf à la maison. Ce père de famille a un fils et deux filles. Malheureusement, à son grand désespoir, aucun d’entre eux ne souhaite embrasser la carrière de gendarme, pour l’instant. Pour autant, le militaire encourage les jeunes à s'engager dans ce corps aussi riche que passionnant. 



Retrouvez le reportage de nos journalistes au JT de ce vendredi 2 octobre, sur Polynésie 1ère 

L'actu en vidéo

La pénurie d’Euro en Polynésie française palliée par l’IEOM

La pénurie d’Euro en Polynésie française palliée par l’IEOM