Conduit d'évacuation de l'hôpital : fuites réparées et baignade prohibée

Conduit d'évacuation de l'hôpital : fuites réparées et baignade prohibée
© Polynésie 1ère | La mise en garde est toujours d'actualité.

L’émissaire de rejet des eaux usées de l’hôpital endommagé a été provisoirement colmaté. Des travaux de consolidation ont eu lieu aujourd’hui pour garantir une étanchéité sans faille. Pour l’instant l’interdiction de baignade et les activités nautiques restent en vigueur jusqu’à nouvel ordre.

E.Tang/S.Darrouzes/MC Depaepe Publié le , mis à jour le

Il aura fallu 3 jours aux techniciens de la Pacific Ocean Scuba pour réparer l’émissaire de rejet situé à 8 mètres de profondeur.
Les travaux de colmatage étaient nécessaires au regard de la propagation des effluents polluants. Néanmoins, cette première intervention n’est que sommaire :

Selon les prélèvements réalisés le 13 janvier dernier, il n’y aurait pas de quoi s’alarmer :
Mais les rejets ont continué de se répandre depuis, et Il faut croire qu’avant l’incident, la population qui fréquentait cette baie ignorait totalement que les eaux usées de l’hôpital étaient rejetées après traitement au large deTaaone :
Pour l’heure, l’interdiction de baignade en vigueur depuis le 8 janvier, reste d’actualité. La semaine prochaine, l’expertise technique déterminera l’ampleur réelle des travaux à réaliser.
Reste à savoir si cela rassurera les pêcheurs, à quelques semaines de la saison des ature.

Plus d'un million cfp de travaux

La décision de la mairie de Pirae de lever ou non l’interdiction interviendra après une nouvelle inspection générale des travaux prévue la semaine prochaine. Et après avis du Service d’hygiène et de salubrité publique qui va procéder à une nouvelle série de prélèvements. La réfection complète de la canalisation est prévue à la fin de la saison cyclonique.
La facture pour les travaux provisoires s’élève à 1,3 million cfp, pris en charge par l’hôpital dans l’attente des conclusions de l’expertise des assureurs sur les causes de l’incident.
Pollution Taaone
© Polynésie 1ère