Baignade interdite à Taaone

savio-hopital-tuyaux
© Polynésie 1ère | Mardi 5 janvier, l'hôpital de Taaone a constaté que l'émissaire rejetant en mer ses eaux usées avait été endommage. Du coup, la baignade est jusqu'à l'ordre interdite à Taaone.

Un arrêté municipal a été pris vendredi 8 janvier par la commune de Pirae pour interdire la baignade en baie de Taaone. Mardi dernier, l'hôpital territorial voisin s'est rendu compte que l'émissaire rejetant en mer ses eaux usées avait été endommagé.

polynesie1ere.fr avec Alexandre Le Queré Publié le , mis à jour le


emissaire
© Go Pro

L'émissaire, c'est ce tuyau qui amène les eaux traitées par la station d'épuration du CHPF à 1 km des côtes. Un bout de cette canalisation a été rompu à 180 mètres de la plage et à moins de 10 mètres de profondeur. Des germes en grande quantité peuvent donc être rejetés à cet endroit.
Jean-Marie Savio, le secrétaire général du CHPF, revient sur cet incident qui se serait déroulé entre novembre et mi-décembre et dont on ne connaît pas exactement les causes.

savio-hopital-tuyaux


Pour ne prendre aucun risque, la baignade a été interdite sous les conseils du centre d'hygiène et de salubrité publique. "Il faut prendre des mesures de précautions", a en effet expliqué Glenda Melix, la directrice du CHS. C'est ce qu'a immédiatement fait la mairie de Pirae en prenant un arrêté interdisant la baignade et les activités nautiques.

Glenda Melix


Le CHS va faire des analyses durant les prochaines semaines. C'est ce service de la direction de la santé qui déterminera quand l'interdiction de se baigner pourra être levée. En attendant, les interdictions concernent la zone s'étendant de la pointe Iriti à la rivière Fautaua. Elle seront maintenues jusqu'à ce que l'émissaire soit réparé.
Philippe Dupire, médecin, praticien hygiéniste au Taaone, se veut néanmoins rassurant pour les baigneurs.

dupire


Des travaux de réparation provisoire devraient avoir lieu sur la canalisation rompue, sans doute le mois prochain. Il faudra ensuite remettre l'installation en état, ce qui ne pourra pas être fait avant la fin de la saison des pluies comme l'explique Jean-Marie Savio, le secrétaire général du CHPF
 

hopital savio