Bagarre mortelle de Papara : un procès pour rien

procès bagarre mortelle papara
© M. TUMATARIRI/POL1ère | La barre de fer de 10kg ayant servi à frapper une des victimes, grièvement blessée dans la bagarre.

La décision est tombée mercredi 11 avril dans le procès de la rixe de Papara au tribunal correctionnel de Papeete. La peine la plus lourde est de quatre ans de prison, dont un avec sursis. Mais avec la confusion des peines, ça n’aura pas réellement d’impact. Explications.

Polynésie la 1ère, Miri Tumatariri Publié le

Dix prévenus comparaissaient hier, mardi 10 avril, et aujourd'hui pour violence en réunion sur Enoha Terevaura. Ils avaient déjà été condamnés aux Assises pour le meurtre de son frère, Moearii.

Malgré les faits graves qui leur sont reprochés, le tribunal a estimé que les prévenus étaient réadaptables. La peine la plus lourde est de quatre ans de prison, dont un avec sursis. Mais la confusion des peines s'applique, les peines obtenues aux Assises et celles obtenues en correctionnelle sont confondues. Cela veut dire que la condamnation la plus lourde est retenue, les peines ne sont pas additionnées. Dans ce cas, les peines prononcées ce mercredi 11 avril sont "absorbées" par celles prononcées aux Assises.

Les faits remontent au 19 juillet 2014. À Papara, Moearii, 22 ans, a perdu la vie après avoir reçu plusieurs coups de pied et de poing à la tête. Une barre de fer a même été utilisée pour le frapper. Certains lui ont marché dessus.

La victime était venue avec son frère et un copain réclamer l’appareil audio d’une amie. Le ton est monté avec un groupe d’une vingtaine de jeunes de Papara et une rixe a éclaté. Moearii est mort d’un traumatisme crânien massif. Son frère, Enoha, gravement blessé a eu une ITT (incapacité temporaire de travail) d’un mois.