Alerte Cyclone : les communes sensibilisent la population

sensibilisation cyclone
© Polynésie 1ère | Pompiers, policiers municipaux ainsi la 4ème adjointe de Teva I Uta font du porte à porte chez les particuliers afin de les sensibiliser aux risques cycloniques.

Certaines communes de Tahiti, comme Teva I Uta, se disent prêtes à faire face à un éventuel cyclone. Même si la préparation continue, l'heure est également à la sensibilisation : informer la population des risques mais aussi des gestes à adopter pour se protéger et s'abriter.

polynesie1ere.fr avec Ismaël Tahiata Publié le , mis à jour le

Depuis une semaine déjà, les agents communaux ainsi que les pompiers de la commune de Teva I Uta font du porte à porte chez les habitants. Il s’agit là non pas d’une visite de courtoisie mais plutôt d'une campagne de sensibilisation. Ce n'est d'ailleurs pas nouveau puisque certains agents municipaux sont déjà passés dans les établissements scolaires pour prévenir et sensibiliser les élèves, les enseignants mais également les parents d'élèves. La 4ème adjointe de la mairie de Teva I Uta, Namoeata Bernardino, rappelle l'importance de ce type d'action.


Le chef de corps des pompiers de Teva i Uta, Gaston Tunoa, se dit prêt à faire face à d'éventuels cyclones. Aujourd'hui, le travail porte donc principalement sur la sensibilisation de la population autour des risques mais aussi des gestes à adopter pour se protéger et éviter les drames.


Durant le passage du cyclone Oli aux Australes en 2010, l’île de Tubuai avait subit de nombreux dégâts. La population en était sortie indemne grâce notamment à son PCS, le Plan Communal de Sauvegarde. C’est en 2008 que ce PCS avait été lancé. Contacté par téléphone, Fernand Tahiata, maire de Tubuai, revient sur ce Plan Communal de Sauvegarde mis en place à l'époque.
 


Si les îles hautes n’ont pas grand chose à craindre lors de phénomène cyclonique, il est difficile d'en dire autant pour les îles basses. Aujourd’hui, une dizaine d’entre elles ne disposent toujours pas d’abri anticyclonique. Le Haut-commisaire, interrogé lors de la conférence de presse, jeudi 24 septembre, autour des risques cycloniques de cette saison chaude, affirme en effet que le plan anticylconique n'est pas finalisé sur toutes les îles.


L'île de Ahe, dans les archipel des Tuamotu-Gambiers,  est dans ce cas de figure. Mais, malgré l'absence d'abri, le maire de l'île, Lise Haoatai, a pris les devant et a déjà prévu des lieux pour accueillir la population en cas de cyclone.


Le 20 octobre prochain, le haut commissariat mettra en place un exercice « cyclone ». Les maires de chaque commune y sont conviés, ce sera l’occasion pour eux de juger de l’efficacité de leur Plan Communal de Sauvegarde.


Retrouvez toutes les informations pour se préparer correctement contre cyclones ici