Ua Pou confine ses étudiants revenus de Tahiti pour les vacances

Ua Pou /confinement
© Polynésie la 1ère

A Ua Pou, une soixantaine d'élèves en provenance de Papeete sont placés en confinement. Depuis l'annonce des mesures drastiques du président du Pays et du haut-commissaire, le tavana a décidé de prendre le taureau par les cornes et d'interpeller les parents qui ont bien compris le message.

Polynésie la 1ère (MLSF), Corinne Tehetia et Lionel Tehaamoana Publié le , mis à jour le

Depuis vendredi 20 mars, des élèves originaires de Ua Pou reviennent au bercail pour les vacances scolaires. Sauf que celles-ci sont différentes, puisqu’ils seront placés en confinement durant deux semaines. L’objectif est de protéger la population du Covid-19.
 
Deux types de confinement sont ainsi proposés. Le premier à domicile pendant 14 jours, avec tous les risques que cela peut engendrer. Et le second, dans un lieu fermé à l’abri de tous. 

La plupart des parents ont estimé que le confinement collectif est la meilleure solution. "Je veux confiner ma fille au CSP car ma maman est très âgée et malade, j'ai mon petit-fils qui a de l'asthme", explique Josiane Kaiha. "En tant que parents, on doit assumer que ce soit kaikai et surveillance", confie de son côté Nancy Teikihakaupoko. 

D’autres ont préféré ramener leurs enfants à la maison. Une décision qui a été respectée par le tavana. "Chacun sa responsabilité. Moi, en tant que maire, j'organise les choses pour éviter le pire", explique Joseph Kaiha. 

Pour les élèves arrivés samedi, le confinement est une bonne initiative pour protéger au mieux leurs familles, mais seulement… "C'est une bonne chose aussi pour nous qui passons notre bac, on a le temps pour réviser", confie William Bruneau.  

Trois sites sont dédiés pour accueillir la soixantaine d’élèves qui arrive au compte-goutte, durant tout le week-end. Le premier centre de confinement se trouve au Centre scolaire primaire dans le village principal de Ua Pou. Deux autres centres ont été installés dans des petits villages, l’un dans une salle paroissiale et l’autre dans une école. 

Le médecin et son équipe iront tous les jours à la rencontre de ces étudiants pour vérifier leur état de santé.