Mystérieuse pollution à Hiva Oa (màj)

Des centaines de sacs plastique échoués sur les plages de Hiva Oa
© Vai ma / Facebook | Des centaines de sacs plastique échoués sur les plages de Hiva Oa

Des centaines de sac plastique se sont échoués sur la plage Taaoa de Hiva Oa aux Marquises. La Direction des affaires maritimes estime qu' " ils pourraient avoir été perdus par un navire de pêche chinois en transit vers les côtes du Chili"

Christophe Marquand
Publié le , mis à jour le

Les habitants de Hiva Oa sont consternés. Ils ont eu la très désagréable surprise de constater que le littoral de leur île est souillé de centaines de sacs plastique rejetés par la mer. La plage de Taaoa est tout particulièrement touchée. 

pollution à Hiva Oa

Le mystère reste entier quant à la provenance de ces déchets et les commentaires vont bon train sur les réseaux sociaux où ont été publiées et partagées des centaines de fois les photos et la vidéo de cette pollution tout à fait inhabituelle.

Les inscriptions figurant sur les sacs pourraient permettre d'identifier leur provenance.

Des images de Vai Ma : 

Suite à la publication de cet article, la Direction Polynésienne des affaires maritimes indique : " les inscriptions visibles sur le sac photographié indiquent qu'il s'agit d’emballages destinés à contenir des calamars chiliens destinés au marché chinois. Ces sacs ont probablement été perdus, dans des circonstances inconnues, par un navire de pêche chinois spécifique à cette activité, en transit vers les côtes du Chili pour y pêcher le calamars, très prisé en Chine.

Les sacs décrivent spécifiquement le type de cargaison, des calamars chiliens, ainsi que les différents calibres.
Considérant les vents dominants et les courants, il est probable que le navire ait navigué dans l'est de notre zone économique, et que les sacs ont été poussés vers les Marquises, où ils ont été piégés dans la baie refermée de Taaoa à Hiva Oa.


Si tel est le cas, il est également possible que d'autres sacs continuent de dériver et finissent par échouer dans quelques jours sur les côtes nord de certains atolls des Tuamotu.

C'est l'hypothèse la plus probable pour expliquer cette pollution. La DPAM continue ses recherches pour identifier le navire"