La grande barrière de corail en sursis

La grande barrière de corail en danger
© CCO / pixabay.com / FrauKeFeind | La grande barrière de corail en danger

Le sort de la grande barrière de corail australienne sera scellé au cours des cinq prochaines années estiment des chercheurs de l'université James Cook. Ils publient un rapport alarmant. Dix milliards de dollars (6.5 milliards €) devraient être investis d'urgence pour tenter de la sauver. 

CM / Elodie Largenton / ABC Radio Australia Publié le , mis à jour le

Dix milliards de dollars australiens, soit 6.5 milliards d'euros, c'est la somme que le futur gouvernement devra débourser ces dix prochaines années s'il veut sauver le récif, affirment ces scientifiques australiens. Ça peut paraître beaucoup, mais pour le directeur de recherche Jon Brodie, le retour sur investissement est garanti :
« Ce n'est pas tant que ça, ça fait un milliard de dollars par an. La Grande barrière rapporte 20 milliards de dollars chaque année. Un milliard, ça les vaut. Ce chiffre correspond à un certain nombre de plans pour améliorer la qualité de l'eau et répondre aux normes requises dans le plan de protection à long terme du site. »
 
Parmi les actions à entreprendre d'urgence, selon Jon Brodie, il y a l'amélioration des pratiques agricoles, de la gestion des bassins versants et la réduction des écoulements de sédiments et d'azote.
 
Le ministère de l'environnement lui répond qu'il investit déjà « dans des projets pour améliorer la qualité de l'eau à travers le Fonds récif doté de 210 millions de dollars, qui représente une partie des deux milliards investis dans le projet de protection de la grande barrière de corail ». « Le gouvernement n'en a jamais autant fait pour protéger le récif », affirment les autorités.
 
Mark Butler, responsable des questions environnementales au sein du parti travailliste, estime qu'« on peut faire plus ». « Les problèmes de qualité de l'eau font effectivement peser une grande menace sur la santé du récif », affirme-t-il. Mais il refuse de dire si le parti travailliste a l'intention d'investir davantage pour le site s'il est élu en juillet prochain.
 
Le chercheur Jon Brodie mise pourtant sur cette élection et espère pousser les responsables politiques à s'engager à véritablement sauver la Grande barrière de corail :
 
« Si le gouvernement pense vraiment que c'est un investissement trop lourd, eh bien il devrait le dire et abandonner le récif, laisser l'Unesco classer le site sur sa liste du patrimoine en péril, parce que c'est là sa place. On doit dépenser beaucoup d'argent et très rapidement. Sinon, ça revient à abandonner la partie. »
 
La grande barrière de corail a été placée sous la surveillance de l'Unesco. Un point sur la situation doit être effectué l'an prochain, avant un grand bilan en 2020. 

LIRE AUSSI : 

Le plus grand système corallien du monde est menacé par le changement climatique, les ruissellements agricoles et la prolifération de certaines étoiles de mer.

L'actu en vidéo

loma Spitz, un mythe de la chanson polynésienne s’en est allée

loma Spitz, un mythe de la chanson polynésienne s’en est allée

Votre avis nous intéresse !

Nous aimerions savoir ce que vous pensez de notre site.

Je participe à l'enquête

Votre avis nous intéresse !

Nous aimerions savoir ce que vous pensez de notre site.

Je participe à l'enquête