L’Etat débloque les premiers financements pour le RSPF et l’oncologie

hôpital du Taaone
© Polynésie 1ère

L’Etat vient de débloquer des financements en faveur du RSPF et de l’oncologie. C’était une des promesses de l’ancien président de la République François Hollande lors de son déplacement en Polynésie.

Polynésie 1ère
Publié le , mis à jour le

A la suite du comité de pilotage du 18 juillet 2017, qui a constaté la poursuite des mesures prises par la Polynésie au premier semestre 2017 (mise en oeuvre du SOS, développement de la télémédecine, réforme du médecin traitant, création de l’agence de régulation sanitaire et
sociale,…), l’Etat a procédé au versement de la première tranche de 2017 à hauteur de 716 millions de francs Pacifique au bénéfice du régime de solidarité de la Polynésie française.

En outre, conformément aux engagements pris et en application de l’accord de l’Elysée signé le 17 mars dernier, l’Etat apporte sa contribution pour la prise en charge du cancer en Polynésie française. 227 millions de francs Pacifique seront versés en 2017 sur des opérations identifiées par le Pays et dont l’intérêt a été confirmé par l’Etat.
 
Cet appui permettra la mise en oeuvre de quatre séries d’actions ciblées en lien avec le ministère de la santé et les professionnels du secteur pour une meilleure prise en charge des patients. Ces investissements ont été précisés par moi-même et le Président du pays ; il s’agira
en effet de créer une unité d’hospitalisation de jour à Taravao, Uturoa et Nuku-Hiva, de moderniser le registre du cancer, de créer une unité de soins de suite à Taravao, d’améliorer l’efficience du service de radiothérapie en le dotant de nouveaux matériels à la pointe de la technologie. Pour l’ensemble, une convention financière va être établie. Au total, l’Etat participe donc aujourd’hui à hauteur de 943 millions de francs Pacifique en soutien au secteur sanitaire et social de la Polynésie française.

 

L'actu en vidéo

Légendes urbaines : Fa'a'apu

Un vieux couple de Polynésiens vit reclus dans une bicoque prise en étau en plein centre-ville, avec un fa'a’apu qui les préserve du monde extérieur...

Votre avis nous intéresse !

Nous aimerions savoir ce que vous pensez de notre site.

Je participe à l'enquête

Votre avis nous intéresse !

Nous aimerions savoir ce que vous pensez de notre site.

Je participe à l'enquête