Une épidémie menace le kakapo, perroquet de Nouvelle Zélande

Le Kakapo
© CCO Wikimedia commons / Department of conservation

Une épidémie frappe durement le plus gros perroquet du monde, le kakapo, espèce menacée de disparition, annoncent des scientifiques néo-zélandais.
 

AFP/CM Publié le , mis à jour le

L'une des dernières populations de kakapos, vivant sur l'île de la Morue, une terre isolée dans le sud de la Nouvelle-Zélande, a été frappée par une infection respiratoire fongique appelée aspergillose, a déclaré le Département chargé de la conservation (DOC).

Sept perroquets en sont morts, dont deux adultes, et 36 reçoivent un traitement, selon le DOC. Cela représente une perte énorme pour une espèce qui compte moins de 150 spécimens adultes.

"L'aspergillose a un impact dévastateur sur le kakapo", a déclaré jeudi le DOC dans un communiqué.

Cette nouvelle menace intervient alors qu'il y a quelques semaines les scientifiques se réjouissaient d'une saison de reproduction exceptionnelle pour cet oiseau nocturne incapable de voler, que l'on a cru éteint. 

Grâce à des efforts soutenus sur plusieurs décennies, le nombre de kakapos - une cinquantaine dans les années 90 - a progressé légèrement.

Le programme de reproduction étroitement surveillé a comptabilisé 249 oeufs pondus, laissant espérer que 75 oisillons survivraient cette année, deux fois plus que le record précédent.

Mais les efforts se consacrent aujourd'hui à sauver les oiseaux infectés par l'aspergillose, qui semblait n'avoir tué qu'un seul kakapo avant cette année, selon le vétérinaire du zoo d'Auckland, James Chatterton.

"C'est une menace sans précédent et nous nous efforçons de comprendre pourquoi c'est arrivé cette année", a-t-il déclaré à TVNZ. 
"Notre hypothèse à l'heure actuelle est le climat: ce fut une année très chaude dans le Sud."

La chaleur et la surpopulation des nids sur l'île de la Morue aurait pu provoquer une abondance de spores d'aspergillose.
Le kakapo, dont le nom signifie perroquet de nuit en maori, était autrefois si commun qu'un explorateur européen avait dit qu'on pouvait les faire tomber des arbres comme des pommes.

Mais ils ont disparu peu à peu en raison de l'introduction de prédateurs comme des chats et chiens et en raison de leur habitudes reproductives restrictives: ils ne s'accouplent que tous les deux à quatre ans, lorsque le rimu, un arbre indigène à la Nouvelle-Zélande, donne beaucoup de fruits.