Te Faufaa Tupuna

L'histoire de la Polynésie à travers les objets de nos ancêtres.

Te Faufaa Tupuna

Objet n°23 : Arc

Arc

Mon nom tahitien est "Fana". Je suis accompagné de flèches en bambou munies de pointes en bois de fer et d'un carquois en bambou.

Polynésie 1ère Publié le , mis à jour le

Originaire des îles de la société, j'ai été taillé dans du bois de '"Uru", l'arbre à pain, et paré d'une corde en fibre végétale: je suis un arc. Contrairement à bien des régions du monde, mon utilisation par les polynésiens était toute pacifique car je n'étais pas une arme de guerre ou de chasse. Ma fonction était des plus ludiques. Et plus que tout autre sport, j'étais considéré comme sacré et donc réservé exclusivement à l'usage des chefs qui m'appréciaient particulièrement et me tenaient en haute estime. Avant toute compétition, les concurrents devaient se rendre au marae pour accomplir des rites spécifiques avant de revêtir leurs habits d'archers et s'équiper.

Puis ils se rendaient sur une plate-forme en pierre spécialement conçue pour la pratique de ce sport. Posant un genou à terre, chacun devait décocher ses flèches en essayant de les envoyer le plus loin possible. Si l'on en croit les témoignages, elles dépassaient facilement 300 mètres. Celle qui parcourait la plus longue distance désignait le vainqueur de l'épreuve.

Ensuite, les compétiteurs retournaient au marae pour d'autres rites, puis se lavaient et changeaient leurs vêtements qu'ils confiaient avec leur matériel à des personnes spécialement chargées d'en prendre soin car sacré. Ce sport très populaire a hélas rapidement disparu après l'avènement du christianisme, sans doute en raison des rituels qui l'accompagnaient. Moi je suis recueilli entre 1821 et 1824 par Georges BENNET, alors missionnaire de la London Missionary Society dans nos îles. Puis, on me retrouve dans la célèbre collection HOOPER acheté par le territoire chez Christie's à Londres. En 1978, je reviens enfin au fenua et je suis depuis exposé au Musée de Tahiti et des Iles.


Picto tahitien

 

E " Fana " vau i te tau o te mau tupuna no te taamotu nia mata'i nei 'e i taraihia ho'i i roto i te ra'au "uru". Te 'ite ato'a mai ra 'outou i te tahi tau 'ohe e parau ato'a hia e, e te'a. Ei vaira'a i to'u mau te 'a e pona 'ofe fa'a'una'unahia ia, e piha 'e 'aore ra e pe'eha te i'oa. E 'omuatao toa to teie mau te'a, oia ho'i e muara'a 'oe'oe i taraihia, mai roto mai i te ra'au toa 'oia ho'i 'o te 'aito ia i teie tau. E 'ere au mai roto i te tahi atu mau fenua ee i te tahi mauiha'a tama'i, 'e aore ra ho'i no te te 'a i te 'animara 'ei 'ina'i. Mai teie tona huru
fa'anahora'a : hou 'a tupu ai te tata'ura'a e haere na ia te feia tata'u i to ratou ra pu-marae no te rave i ta ratou ra mau peu ha'amorira'a ta'a-'e, hou ihoa ra a fa'aineine ia ratou 'e, 'a 'ahu ato'a mai ai i to ratou ra mau 'ahu fa'ata'a-ta'a'e-hia no teie nei huru heiva. Haere ana'e atu ai ratou i nia i te tahi huru paepae fa'ata'a-ta'a'e-hia oia ho'i, ma te tuturi i te ho'e noa iho 'avae i raro i te pa’epa’e, 'a te'a atu ai. Tei hau te te'a i te atea ra, 'ua riro ia te re iana. 'Ia au i te tahi mau fa'ati'ara'a parau, e tae'a-'ohie-roa-hia te ateara'a i
te toru hanere metera. 'la hope ta ratou heiva, e ho'i a te feia tata'u i nia i te marae no te tahi atu a mau peu ha'amorira'a, 'e hopu haere atu ai i te pape, taui ato'a atu ai i to ratou 'ahu, 'a horo'a atu ai i ta ratou ra te'a i te tahi feia fa 'a ta'a-ta'a- e-hia no te ha'apa'o maite atu. 'Ua 'ore ta'ue noa teie nei heiva-tumu e 'ana'anataerahi- hia ra i te tau hou te fa'aro'o 'api. 'Aua'a maoti te mitionare Peretane ra 'o George BENNET i ora na i te fenua nei mai te matahiti 1621 'e i te matahiti 1624 ra, 'e i te mana'o maita'i ato'a ho'i o te Hau fenua no te matahiti 1978 ra i te ho'ora'a mai ia'u, i ho'i fa'ahou mai ai au i to'u fenua 'ai'a nei, i rotopu ia 'oe e to'u nuna'a.


 

Chaque semaine, découvrez un nouvel objet chargé d'histoire, sur notre page émission Te faufaa tupuna.

Retrouvez d'autres trésors précieusement conservés par le Service du Patrimoine Archivistique Audiovisuel, sur www.archives.pf.