PROGRAMMES TV, événements, nouveautés...

Suivez les grands événements et nouveautés de Polynésie La 1ère !

"Broadchurch" (saison 2) revient sur 1ère !

Broadchurh saison 2 sur 1ère

Tous les mercredis à partir de ce mercredi 9 septembre, à 19h25.

Polynésie 1ère
Publié le , mis à jour le

Retour très attendu sur la côte du Devon avec la saison 2 de la série britannique à succès. Retour dans le passé, moitié enquête policière, moitié série judiciaire, le créateur et scénariste Chris Chibnall réussit un beau coup de maître en relançant la machine dramatique et en entrecroisant les fils narratifs.
 
Broadchurch : une cité balnéaire sans histoire jusqu’à la découverte sur la plage du corps sans vie de David Latimer, 11 ans, qui plonge la petite communauté locale dans la tragédie et le cauchemar. L’hypothèse du suicide écartée, restait la question « Qui ? ». Il aura fallu huit épisodes pour lui trouver une réponse. Dans l’intervalle, on assistait à l’impitoyable délitement de la cohésion et des solidarités entre les habitants de la bourgade, à l’implosion des familles (à commencer par celle de la victime). Emballement médiatique, déballages de méchants petits secrets, paranoïa, soupçons successifs..., ponctués de répliques du séisme initial. Le sergent de police Ellie Miller, amie des Latimer et mère d’un camarade d’école de la victime, était chargée de l’enquête mais se voyait contrainte de faire équipe avec un nouveau venu, Alec Hardy (David Tennant), qui lui raflait au passage la promotion qu’elle attendait. Un attelage bien mal assorti. Hardy, échoué là après un ratage complet dans une précédente affaire, était dépressif, en mauvaise santé, brouillon et borderline ; Miller, trop impliquée, peinait à prendre du recul. L’enquête, évidemment, s’en ressentait. La force de cette première saison, c’était sa simplicité. Dans son principe : le classique et fameux « whodunnit » (« qui est le coupable ? ») ; comme dans ses moyens : un mélange de tragédie, d’apesanteur mélancolique (servie par la musique de l’Islandais Ólafur Arnalds), de grâce et de malaise. Les méthodes de travail de Chris Chibnall, créateur de la série (et par ailleurs scénariste, entre autres, de Doctor Who et de Torchwood), n’y étaient pas pour rien. Ainsi, aucun des comédiens ne connaissait l’identité du coupable avant de tourner les scènes du dénouement et le principal intéressé l’apprit par téléphone. La sidération ne fut donc que plus complète et plus palpable lorsque les spectateurs découvrirent, presque en même temps qu’Ellie Miller, anéantie, qu’il s’agissait (puisqu’il faut bien le dire) de Joe, son propre mari…
 
Saison 2 : « le même principe avec un autre moteur »
 
Suite de l’affaire ? Nouvelle enquête sur le même principe ? « La fin n’est que le commencement »… « [Le whodunnit] est le moteur mais pas le véhicule. Pour cette saison 2, c’est le même principe, avec un autre moteur. » Disons alors un moteur à deux temps. La saison 2 de Broadchurch est tout à la fois la suite de sa saison 1 et son recommencement, bâtie à la fois dans le prolongement et contre ce qui précédait. L’intrigue se complexifie, s’étend, se dédouble, fait une boucle dans le temps. L’action reprend quasiment là où on l’avait laissée et le premier épisode débute alors que s’ouvre le procès de Joe Miller, accusé du meurtre de Danny Latimer (souvenons-nous
qu’il a fait des aveux). Une belle occasion de rassembler de nouveau tous les personnages de la série : les Latimer, qui réclament justice, Ellie Miller, dont la vie a été dévastée, Alec Hardy, dont la santé semble toujours aussi précaire, Joe lui-même, livide et énigmatique derrière une vitre blindée, les proches, les voisins, etc. Une belle occasion aussi, grâce à un joli coup de théâtre, de rebattre les cartes et de raviver les tensions. Cette saison 2 est donc en partie une série judiciaire qui voit l’affrontement de deux nouvelles venues : Charlotte Rampling et Marianne Jean-Baptiste. Chibnall parvient à superposer à ce cadre de nouveaux rebondissements dans la précédente et douloureuse enquête de Hardy, l’affaire Sandbrook. Nouveaux rebondissements susceptibles de rouvrir quelques blessures... Mais n’en disons pas plus pour le moment.


Série
Format : 8 x 52 min
Création : Chris Chibnall
Avec : David Tennant, Olivia Colman, Andrew Buchan, Jodie Whittaker, Charlotte Rampling, Marianne Jean-
Baptiste, Eve Myles, James d’Arcy, Arthur Darvill…
Production : Kudos Film and Television
Année : 2015