PROGRAMMES TV, événements, nouveautés...

Suivez les grands événements et nouveautés de Polynésie la 1ère !

Du 3 au 9 mars "Une parole pour une femme" sur Polynésie 1ère

une parole pour une femme

Le 8 mars est devenue une journée où les femmes de partout dans le monde unissent leurs pensées, leurs espoirs, leurs rêves et leurs luttes. Polynésie 1ère s’associe à cet élan international en proposant, du 3 au 9 mars, une série de « paroles » pour les femmes sur son antenne télé.

Polynésie 1ère
Publié le

La parole aux femmes

Onze modules sont proposés aux téléspectateurs à l’occasion de la semaine de la femme, dont la journée internationale est célébrée le 8 mars. Dans cette série, Polynésie 1ère vous invite à découvrir 11 personnes qui nous font partager, à leur manière, un message, un poème, un souvenir, un désir ou un témoignage. Des déclarations optimistes ou préoccupantes, rassurantes ou engagées, mais toujours bienveillantes : à l’image des femmes qui composent la société polynésienne actuelle. 

Diffusion sur Polynésie 1ère du lundi 3 au dimanche 9 mars, à 8h00 - 9h40 - 12h00 - 15h20 - 19h30

Les intervenant(e)s

Sandrine Lenoir, Alain Gerard, Maeva Li, Irène Allard, tehani Mairai, Louis Bresson, Moea Kessiano; Gérida Taiarui, Roti Make, Rosita Taurumi, Linda Simonet, Doudou De St Cyr : Femmes et hommes, connus ou inconnus, elles et ils illustrent la lutte pour l’égalité des femmes. Ces onze interventions sont l’occasion de protester, lancer un compliment, lire un extrait de livre, faire une déclaration… Autant de beaux moments pour rendre hommage aux femmes.
 

La parole à Maeva Li

Maeva Li en avant toutes journée de la femme
Etudiante, elle incarne à elle seule la femme polynésienne d’aujourd’hui et de demain, porteuse d’une vision égalitaire et assumée.
 
Maeva envisage cette journée du 8 mars comme « une piqure de rappel nécessaire et positive. Le but n’est pas d’agresser les gens mais de leur rappeler que les femmes ne sont pas arrivées là où elles en sont par hasard, mais à force de détermination et de combats. Si tout n’est pas encore acquis, nous pouvons être fières du chemin parcouru par nos aîné(e)s. A nous de le continuer. J’ai voulu dans mon message rappeler la formule de Simone de Beauvoir : ‘on ne nait pas femme, on le devient’. L’épanouissement résulte d’un choix, d’une volonté : il faut s’en donner les moyens ! » Maeva, comme toutes les jeunes femmes, souhaite tout simplement faire ce qu’elle aime, que ça paraisse masculin ou féminin, le 8 mars comme le 9 juillet. Toute l’année, pour toutes, pour tous.