Orero

De jeunes orateurs déclament les récits de leurs îles, leurs archipels ou de leurs héros en langue polynésienne.

Orero

Orero 2016 : Orateur n°7 - Bosco Talomafaia

Orero 2016 : Orateur n°7 - Bosco Talomafaia

Retrouvez chaque soir à 18h45 et en replay sur polynesie1ere.fr les prestations des 28 jeunes orateurs sélectionnés dans les écoles de toute la Polynésie.
Tous les articles dédiés au Orero : polynesie.la1ere.fr/orero.

Philippine Borderie
Publié le , mis à jour le

« Histoire du Manafa » : C’est l’histoire d’un jeune qui se rendit à Tunuma, résidence du chef Manafa, pour lui voler sa couverture en étoffe. Le vieux Manafa, furieux, promis que le voleur n’aurait plus jamais droit à une seule goutte d’eau. Depuis ce jour, en période de sècheresse, il n’y a plus d’eau à Fiua dans le village du jeune homme. La colère de Manafa et la malédiction pèsent à jamais.

 

Lauréat  n° : 7
 
Date de naissance : 28/12/2005
 
 Age : 10 ans
 
Ile :
FUTUNA 
 
Commune :
SIGAVE
Aire linguistique :
FUTUNIEN
Archipel :
ILES HORN
Classe :
CM2
Genre littéraire :
TEXTE POETIQUE

KO LE FAKAMATALA O MANAFA

E kau fakamālō atu ki le mamata kātoa

Mālō le ma’uli mo le kātaki mo le kaku mai

Ko loku igoa ko Bosco TALOMAFAIA

E kau ‘au mei le falesekolā o Fiua mei Futuna.

 

Ko le fakamatala o uiga mo se ta’upulupulu

I se tasi loa a aso la

Se ko le temi mu’a foki la

Fakakaukau na somo loa

I le fā kolo o Fiua la

Pale se tasi ki Tunuma

Nofo’aga o le Manafa la

Ke kai’ā le leuleu la

Leia o aliki sau la.

Ko se aliki kai tagata

Ko ia na fakaolo e ia

Ko le kai o le kakai kātoa

Oi ki lana taumafa la

Ku nofo sosa a le fenua la

Tu’ania ko le fenua la

 

Pe ‘ala ake e ma’uli la

Pe puli loa o talu oki la

Na fakakaukau loa la

Oi se tama tupulaga la

 

Pale mu’a si’i ki ‘uta la

O ‘o’ono ko le aliki la

Takitaki loa e ia la

Se ko fā tauluavai la

Ko lona loto ke kākā’i

Ko le temonio fekai

Kaku le tagata kai’ā

Se ki le nofo’aga sau la

Fāfāino ki le kāiga la

Kua mālōlō a Manafa la

Na fakatolotolo atu loa

Le leuleu o toso’i la

Ti galo fakavilivili

Sola atu oki ki tai la

Na ofo ake le aliki la

Sakinake i lona loto la

Kua soko ai se ne’a la

Tio atu ki mu’āfale la

Leuleu e fakagalo la

Mo le tagata e makape la

« Lagi manatu a ia la

Ko ia leia e ma’uvave »

Makita oki le matu’a la

Ko le lasi ai o lona ‘ita la

Mafuta loa ki aluga la

O tele atu i le ala la

Ko la’ana fakatotonu la

Ke tapō a ia o pātu la

Ko le tautea aia la

O fakasamu kiate ia la

Na logo’i e le tagata la

Kua ofi mai Manafa la

Na tī a tauluavai la

Patatū i le uluvao la

Ke fakasē’i ai Manafa la

Kāpau e lā felāvei la

Ko lo’ona fa’i mate’i la

Mo lo’ona loa puli’i la

Na ulu atu ki le vao la

 

Taga ko lona kākā’i la

 

Maliu mai ki le ala la

O toe tuli a le tagata la

Kaku ‘oki le fetuliga

Se ki le kau’ā matu’a la

Ti sopo atu le tagata la

Kua sao lona ma’uli la

Na tu’u loa a le aliki la

O kalaga atu kiai la

Sao atu lou ma’uli la

E ke faikaugaveli la

Ki se temi atu ki muli la

Ko leinei loa lou tu’ā

Ka sala tō se ta’u la’ā

Koe le uluaki masa la

Talu mei le aso lēnā

E sala tō se ta’u la’ā la

Masa atu oki le vai la

 

Ko sausau o Manafa la

Gato ai le fakamatala la

O uiga mo le Manafa la

 

KAU FAKAMĀLŌ ATU

MO KAU ALOFA ATU

HISTOIRE DU MANAFA

Chères spectatrices, chers spectateurs

Bonsoir et merci d’être venu.

Je m’appelle Bosco TALOMAFAIA

Je viens de l’école de Fiua, village de FUTUNA.

 

Tout commence par une histoire d’étoffe.

Elle se produisit un jour

dans les temps anciens.

Une drôle d’idée surgit

dans le village de Fiua

chez un jeune qui se rendit à Tunuma,

résidence du chef Manafa,

pour voler la couverture en étoffe

de ce dernier roi.

C’était un chef cannibale.

qui continuait à se nourrir de chair humaine

et de tous les habitants de Fiua

Quel cannibale !

Les habitants étaient effrayés.

Ils avaient peur de cette terreur et s’inquiétaient

de leur avenir :

la vie sourira ou

la vie disparaîtra.

La drôle d’idée

du jeune homme valeureux continuait à le turlupiner

 

Il se rendit sur la montagne

pour rendre visite au chef.

Il apporta avec lui

des noix de cocos pleines d’eau.

Il souhaiterait tendre un piège

au féroce et cannibale.

Quand le jeune arriva au lieudit,

à la résidence du chef Manafa,

il regarda dans la case du roi

dans laquelle Manafa s’y reposa.

Il s’approcha et s’empara

de la couverture qu’il tira brusquement.

Il sortit et se précipita

vers le bord de mer.

Le chef se réveilla et sursauta.

Il s’aperçut

que quelque chose d’inhabituel se passait.

Il aperçut alors devant sa case

sa couverture qui s’en alla

dans les bras d’un homme.

« Il croit qu’il est plus rapide

et qu’il court plus vite que moi !»

Le vieux Manafa était furieux

et un sentiment de colère l’envahit.

Il se leva brusquement

et courut dans le chemin.

Dans sa tête, il pensait fortement que,

quand il le rattraperait, il le frapperait avec un bâton.

C’est la punition qu’il mérite

pour l’acte commis et le manque de respect.

Le voleur sentit alors pendant sa course

que Manafa se rapprochait de lui.

Il jeta alors au loin deux noix de cocos

qui grincèrent dans les bois

pour ralentir Manafa.

Si Manafa le rattrape, se dit-il,

C’est la mort assurée.

 

 

 

Manafa s’arrêta et se dirigea vers le grincement des noix

Il ne se doutait pas que c’était une ruse.

Il retourna ensuite dans le chemin

et continua à poursuivre le voleur.

La poursuite se termina

au pied d’un mur en pierres d’un espace cuisine.

Le fuyard l’enjamba sans difficultés.

Il était sain et sauf.

Le chef s’arrêta

et lui annonça :

« Tu es sauvé

Mais, tu as perdu.

Dans les temps à venir,

tu seras puni à jamais.

Tu n’auras jamais plus droit à une goutte d’eau.

Et c’est ainsi, depuis ce jour,

en période de sècheresse,

il n’y a plus d’eau à Fiua dans village du jeune homme

Désormais la colère de Manafa

et la malédiction pèsent à jamais.

C’est ainsi que s’achève l’histoire de Manafa.

 

Je vous remercie

Et vous dis au revoir