Orero

De jeunes orateurs déclament les récits de leurs îles, leurs archipels ou de leurs héros en langue polynésienne.

Orero

Orero 2016 : Orateur n°2 - Rose Tuahiva

Rose Tuahiva - Orero 2016

Retrouvez chaque soir à 18h45 et en replay sur polynesie1ere.fr les prestations des 28 jeunes orateurs sélectionnés dans les écoles de toute la Polynésie.
Tous les articles dédiés au Orero : polynesie.la1ere.fr/orero

Philippine Borderie
Publié le , mis à jour le

 

Lauréat  n° : 2
 
Date de naissance :
 
 Age : 9 ans
 
Ile  :
 
TAHITI
 
Commune :
 
 HITIA’A O TE RĀ
Aire linguistique :
REO TAHITI
Archipel :
SOCIETE IDV
Classe :
CM1
Genre littéraire :
FA’ATENI







1 Te arohara’a.
 
E teie naho’a hei tini ē,
’A fari’i mai i te hei ’una’una o tō manava,
E te aroha ’o tō’u ’āi’a.
 
 
’O Tahiti-Nui-i-te-Vai-Uri-Rau.
Hiti a’e ra te Rā,
 
E te reo mai ra te tama :
Ia ora na,
Maeva, i tō tātou nei fārereira’a.
 
 
Te hui mana o te fenua,
Te hui ta’ere mā’ohi,
Te mau vevo reo ha’api’i,
Te feiā metua,
Tātou e te mau tamari’i,
Ia ora na !
 
2 Te fa’ateni.
 
’O vau teie te ’aito rahi nō Mōmoa,
Mōmoa-Ri ’i-Tara-Piti.
Mōmoa, te i’oa ia o te fenua,
I papahia ai tō’u fare ha’api’ira’a.
 
 
I teie mahana,
I te tua ’o te vauvau,
’O te fare ’aira’a upu,
’O Fare -Tuitui i Māha-te-Aho,
 
 
Te vauvau o te ’ite e te māramarama,
I ma’iri hia ai tō’u fare ha’api’ira’a,
 
 
’O Mōmoa.
Mōmoa-i-te-Tara-Piti ē,
’A tara ē, ’a tātara ē,
Ia mātara  tō ’oe parau !
 
Auē e tō’u fenua iti e ’o Hitia’a,                  
Hitia’a-i-te-Parau-Rahi,
E parau e fa’a’ī i te ’aere fenua
E te ’aere reva,
Ia puhī-atu-hia te pōuri ta’ota’o,
Ia hiti ho’i te .
 
 
’O Hitira’a i te mātamua,
E ’o Hitia’a i teie mahana.
 
Ma’uru te mou’a teitei,
I te  ra’i tuatini,
Hiti hia e Rā Atua,
Tāheihia ’e te Nonoha ’Ura.
 
 
’Ura nō te mana,
’Ura nō te hanahana,
’Ū  nō te ,
’Ū nō Hitia’a,
’O tō’u ia ’āi’a.
 
Tau na Maoa’e Ri’i
I ni’a ia Tāpara-Rau-Tī.
 
Hanihani na Maoa’e-Ri’i,
Tōriri te ua hanihani.
Hani…            Hani… Hani.
 
                   
I te papa e ua para te rau tī.
Ta’ue te vai ’o  Vai-Ta’ue,
Tārau te vai ’o  Vai-Tārau.
’Ō nā tama ia ’o nā Maoa’e.
E ’o Tāpara-Rau-Tī.
 
 
E horo ti’a i hea,
E māha ai te aho,
E māha ai te ’oto o tō tama.
 
 
E te nūna’a e,
E horo i hea.
E horo iō’u i Hitia’a,
I te vai anuanu ’o Māha-te-Aho,
E māha ai i to tei māha.
 
 
Pātiti te ’ōfa’i ora,
Pātiti te ’ōfa’i tihi,
Ha’avai roa mai,
Niu i te marae mo’a,
’O Taputapuatea,
Taputapuatea i Taputurouru.
                   
 
Tapu, tapu ē
Tapu ē,
Tapu i te fenua,
Tapu i te ra’i.
Ē ! E fenua tapu tō’u!
 
 
Ia fā mai ’o Matari’i-i-Ni ’a,
E hiti mai  te tira ’o Mara ’Ura,
Te mara ’ura, te mara fati ’ore,
Te mara ’aueue ’ore i te tau.
 
 
’O Mara ’Ura te ra’atira arioi.
’O mātou ia te hua’ai i teie nei,
Te hua’ai ’o te māramarama e te ’ite,
Te i’ei’e ’e te ’una’una.                                 
’E’ere ānei ?
 
 
3 Te poro’ira’a.
                        
E hoa ’ino mā ē,
’A tāpapa mai ra i te ,
I reira ’outou,
 
 
E ’ite ai te pa’ari,
E te ’āminamina o te ora.
 
E teie te poro’i a teie Mōmoa iti
Ia ’oe e te nūna’a ē :
 
’A fa’aiho fa’ahou ā
I tō ’oe parau,
Ia ’ore ia mōrohi.
Māuruuru e ia ora na.
1 Salutations.
 
A toute cette grande assemblée,
Recevez (acceptez) la couronne glorieuse de la conscience, et de la compassion de mon pays,
 
Tahiti la grande aux eaux multiples.
Rā le soleil pointe à l’horizon,
 
Et l’enfant vous salue :
Que vous viviez,
Et bonjour en cette rencontre.
 
Les élus du pays,
Les détenteurs de la culture du pays,
Le corps enseignant,
Les parents, nous les enfants.
Que nous vivions !
 
2 Le fa’ateni.
 
Je suis le grand guerrier de Mōmoa,
Momoa, le poisson coffre à Double-Cornes.
Momoa, est aussi le nom de la terre,
Où est bâtie notre école.
 
Aujourd’hui,
Sur le dos (surface) du tapis (la terre)
De la maison qui mange le savoir (l’école)
Fare-Tuitui à Māha-te-Aho,
 
 
Sur le tapis (la terre) du savoir et de l’intelligence, Et pour cette raison, mon école a été appelée Momoa.
 
Ô Momoa, le poisson coffre à Double-Cornes,
Enchante et dévoile-nous,
Ton histoire !
 
Qui emplit l’étendue de la terre
Hitia’a-à-la-Grande-Histoire,
Et l’étendue du ciel,
Pour chasser les ténèbres,
Afin que se lève Rā,
le soleil.
 
C’était Hitira’a autrefois
Hitia’a aujourd’hui.
 
Ma’uru est la haute montagne
Au ciel le plus élevé,
Où s’élève le dieu Rā,
Couronné de Nonoha ’Ura (fougère rouge).
 
Le rouge du pouvoir, de la puissance,
Le rouge de la gloire,
Couleur de Rā, le soleil,
Couleur de Hitia’a, mon pays.
 
Les deux vents Maoa’e-Ri’i se posèrent
Sur la montagne de Tāpara-Rau-Tī.
 
Les deux vents Maoa’e-Ri’i s’aimèrent
Et la pluie d’amour tomba en fines gouttes.
Et aima… aima… aima…
 
La terre, le fondement et les auti murirent.
L’eau de Vai-Ta’ue jaillit.
L’eau de Vai-Tārau naquit.
C’étaient les enfants des Maoa’e.
Et de Tāpara-Rau-Tī.
 
Où courir,
Pour se reposer,
Pour apaiser le chagrin de l’enfant.
 
Ô peuple ?
Où courir?
Courir chez moi à Hitia’a,
A la fraîche rivière de Māha-te-Aho,
Pour te délivrer de ton fardeau.
 
La pierre de vie trembla,
La pierre angulaire de Ha’avai,
Trembla,
Et fondit le marae sacré,
De Taputapuatea,
Taputapuatea à Taputurouru.
 
Sacré, sacré,
Sacré,
Consacrer la terre, consacrer le ciel.
Oui ! Ma terre est sacrée !
 
 
Lorsque Matari’i-i-Ni ‘a apparaît
Le mat de Mara ’Ura se dresse,
Le mara rouge, le mara incassable,
Le mara immuable.
 
Mara ’Ura est aussi le chef arioi.
Et nous en sommes les descendants aujourd’hui,
Les descendants de l’intelligence et du savoir,
De l’élégance et de la beauté.
N’est-ce pas ?
 
 
3 Le message.
 
Chers amis,
Courez après Rā, le soleil,
Vous y connaîtriez
 
Le savoir et la sagesse
Et la saveur de la vie.
 
Et voici le message de Momoa
A toi le peuple :
 
Fais renaître
Ton histoire, ton existence
Afin qu’elles ne disparaissent pas.
Merci et portez-vous bien.