Orero

De jeunes orateurs déclament les récits de leurs îles, leurs archipels ou de leurs héros en langue polynésienne.

Orero

Orero 2016 : Orateur n°12 - Teokanui Moeterauri

Orero 2016 : Orateur n°12 - Teokanui Moeterauri

Retrouvez chaque soir à 18h45 et en replay sur polynesie1ere.fr les prestations des 28 jeunes orateurs sélectionnés dans les écoles de toute la Polynésie.
Tous les articles dédiés au Orero : polynesie.la1ere.fr/orero.

Polynésie 1ère
Publié le , mis à jour le

« La vie de nos ancêtres et l’usage du ‘auti » : «Voyez donc la luxuriance de notre terre. Elle est entourée de colliers de cordylines. Lien d’amour, lien de paix, lien de connaissance et de sagesse. Voici l’enseignement qui est ancré en moi. Utilisons la cordyline afin qu’elle survive. Remercions nos ancêtres de nous avoir offert un bel exemple ».

 

 
Le lauréat
N° 12
Nom et prénom Date de naissanceAge Ile Commune Classe
Teokanui MOETERAURI24/07/0510 ansRapaRapaCM2
 
Naku mai
’A naku mai
’A naku mai ra
’A no’o mai na kō na ra, na kō ake, na kō mai
Kotou ti ’akaumu mai
No te ’akarongo  i taku korero
Te ’akatere no te ’are ’aikete’anga no Porinetia,
Te mata ’i’opo’a tae ta’anga atu (i) to koe mau  rima turu,
Tomite korero, te tavana ’oire, te ’anga tamariki,
Te ’anga karakua  tae ta’anga atu i te ’anga mani’ini
Moira ia kotou.
Ia ’akamaitaki’ia te Tumu Nui no to tatou tutaki’anga.
 
’Akatika atu na vou ia kotou
Te ora’anga tāku i kite, i ’aikete, i tamau, i ’aka’o’ipa
Ora’anga kota’i to te ’anga tupuna.
Tāku, na koe, ta koe, nāku.
Ia noko’ia to tau nei, kāre e tū’ati.
No te tere’anga noti o te tau.
 
Rekareka’anga tōku.
Ka riro ei faufa’a nāku.
« ’Aue te ’akaero o te ’anga tupuna e 
Kare koe e ngaro iaku »
Ora’anga ’au, ora’anga  rekareka
Na kō na to ratou reo : « ’Akarongo i te ’aikete’anga ’ei maitaki no koe no ’amuri ake ».
 Te tamariki e ’akarongo i te aikete’anga a tōna karakua, ’e ora ia.
Na kō ’aka’ou na : « ’A no’o te kōmi i raro, ’a feruri ! »
 No ria, ’akariki ’aka’ou mai te ’aronga.
 
O vou te nei ’o  Teokanui a MOETERAURI
Kota’i rongouru  mata’iti tōku.
O Tevi’i te ’ingoa o tāku ’are ’aikete’anga.
O vou ti ’iri ’ia no te ’akakite ta tatou ’akaero.
No ria, ka rekareka roa vou te tū’anga  tu i mua ia kotou.
 
E tōku ’enua, e tōku nuna’a…
’A noko kanei te manea o to taua ’enua
 Ka fa’ahei’ia i te pūtatara kaokaro.
Te pūtatara o te ’ere, te pūtatara o te ’aronga, te pūtatara o te kite e te pakari.
Te nei tāna ’aikete’anga, ti pa’o i roto te feruri ’anga.
 
Te kaokaro i ’Oparo nei
Ti runga i te  mounga, te  tīkoko
I ’U’ua, i Pēpe, i Tikokina.
E kake ’oki ’ia i runga i te pata’ara’a mato
I ’Atariki, i Maitua nā ko ’e te vai ta’anga atu ra
 
’Ia naku’ia e ti’i,
Me kake i runga te mounga,
Titapou  i roto te mangavai,
Kake i runga te tumu rakau,
Tipokopoko na roto i te area mangu,
No te kimi’anga te keka
’E tae tu ai i te pokara kaokaro ra.
Me paeke ra !
Ia oti, kotari, ’atari,
Me pāna’i maitaki, ’a tā’amu atu ai.
Ia noaka e ono tā’amu
I ria e ’oki ai te ’are,
Ka pō ia ma’ana,
No te ano te va’i i naku’ia e ti’i.
 
E natura  kō’io te kaokaro
E piru ia i te tau o te ’anga tupuna.
E’ere me mau’a, me fa’aherehere maitaki.
E ngare ’anga ma’ana e pau ai.
 
Te kaokaro, e vai’anga kai,
Vai’anga popoi, vai’anga tākae, ’eika, kopai maniota, mīkaka…
Tōna tumu, e rango kâmi’a ia
Tōna kao, ’i ra’au ia
Na kō mai te ’anga tupuna : 
« Me no’ano’a ake te ’angakai
Ia penu’ia, ’ia fi’ina’ia i roto i te kaokaro.
 Tōna monamona, e tahe te ’ākare. » 
 
 
E’a’a ta tatou i to tau nei ?
E « plastique… », e « aluminium…», e hi’o…, e ’auri…
Me ho’o ia… E a’a to muri mai ? E vi’ivi’i ia…
'Are'a te kaokaro, e 'omiri ta'anga ia 'e te 'enua
 
E marakete ta kotou ? Kare ne ?
No 'ea mai te marakete ?
E aka  ia no te tumu kaokaro 'akaero'ia  e tî
E ko'otu'ia  ia 'ama
E nekineki'ia tu ai
Ia noaka te kota'e tī
Tunu 'aka'ou ia kerekere maitai, ia ngare te mōmona.
Te marakete ia.
 
E tōku nuna'a 
'Aka'o'ipa te kaokaro, ia kore tōna 'akaero ia ngaro
'Akatongia te 'anga tupuna ti 'oka mai
Ti ta'i noko 'anga manea maitaki.
 
Tongia.
 
Arrivez,
Venez,
Venez donc,
Installez-vous par ici, par là
Rejoignez-moi,
Afin d’entendre mes paroles
Madame Le Ministre de l’Education de Polynésie française,
Les inspecteurs de l’Education et leurs équipes,
Les membres du jury, les maires, mes camarades,
Nos parents et tous les invités
Je vous prie de recevoir mes respects.
Que le créateur soit béni pour cette rencontre.
 
 
Je vous raconterai
Ce que j’ai vu, ce que j’ai appris, ce que j’ai retenu, ce que je me charge à employer
Les ancêtres vivaient en communauté.
Ce que je possède t’appartient et ce que tu as m’appartient
Alors qu’aujourd’hui, rien n’est plus pareil.
 
Je suis heureux,
Car cela représente ma richesse.
« Les paroles de mes ancêtres résonnent encore
Comme au premier jour »
Une vie de sérénité rendait la vie belle.
Voici ce qu’ils disaient : « Suis donc les conseils pour que ta vie soit meilleur ».
Tout enfant suivant les conseils de ses parents s’épanouit.
Ils rajoutent en disant ceci : « Réfléchis avant d’agir ».
Je vous prie donc de recueillir mes salutations.
 
 
Me voici Teokanui Moeterauri
J’ai 11 ans.
Mon école se nomme Tevi’i.
J’ai été choisi pour vous conter notre histoire.
C’est la raison pour laquelle je suis fier de me lever devant vous.
 
Chère terre, cher peuple…
Voyez donc la luxuriance de notre terre.
Elle est entourée de colliers de cordylines.
Lien d’amour, lien de paix, lien de connaissance et de sagesse.
Voici l’enseignement qui est ancré en moi.
 
 
La cordyline d’Oparo,
Qui se trouve dans les montagnes, dans les vallées
A ’U’ua, à Pēpe , à Tikokina
Se trouve également sur les flancs de montagne
A ’Atariki, à Maitua et plus loin encore.
 
Pour les avoir,
Il faut monter sur les montagnes,
Descendre dans les rivières,
Grimper dans les arbres,
Se faufiler entre les bambous,
Pour trouver le sentier
Jusqu’au champ de cordylines
Cela est éreintant !
Ensuite, il faut les casser, les effilocher.
Il est nécessaire de les ranger pour les attacher,
Afin d’obtenir six paquets
Avant de rentrer au foyer,
Et une belle journée se termine,
Car la cueillette fut longue.
 
Cette plante est très petite
Elle représentait de l’or pour nos ancêtres.
Rien n’était jeté, tout était utilisé
Elle était utilisée plusieurs jours jusqu’à la pénurie.
 
La cordyline, c’est un contenant précieux
Contenant le « pōpoi », contenant le « tākae », le poisson, le manioc, le taro…
Son tronc servait de coulis pour les pirogues
Son bourgeon comme médicament
Souvent les aïeux répliquaient :
« La nourriture était meilleure
Enveloppée dans la cordyline
Et sa saveur, quel délice. »
 
 
Aujourd’hui, qu’avons-nous ?
Du plastique, de l’aluminium …, du verre, du métal
Tout s’achète….
Et après ? Pleins de pollutions… 
Alors que la cordyline disparait dans la terre.
 
Avez-vous du « marakete » ? Point du tout ?
D’où vient-il ?
C’est la racine de la cordyline appelée « tī ».
Elle est cuite à l’étouffée.
Et est pressée pour obtenir du jus.
Et remise au four pour obtenir sa vraie saveur.
C’est le « marakete ».
 
 
Cher peuple,
Utilisons la cordyline afin qu’elle survive.
Remercions nos ancêtres de nous avoir offert
Un bel exemple.
 
Merci.
 

Votre avis est précieux !

Aidez-nous à améliorer l'expérience vidéo et TV sur le site.

Je donne mon avis