Orero

De jeunes orateurs déclament les récits de leurs îles, leurs archipels ou de leurs héros en langue polynésienne.

Orero

Orero 2015 : Oratrice n°4 - Hina PIOKOE

Orero 2015 : 04 - PIOKOE Hina

Retrouvez chaque soir à 18h45 et en replay sur polynesie1ere.fr les prestations des 31 jeunes orateurs sélectionnés dans les écoles de toute la Polynésie.
Tous les articles spécial Orero : polynesie.la1ere.fr/orero

Polynésie 1ère
Publié le , mis à jour le

Lauréat  n° : 4Date de naissance : 18.09.04
Age : 10 ans
Ile : TAHITI
 
Commune : Pira’e
 
Aire linguistique :
REO TAHITI
Archipel : SOCIETEClasse : CM1
 
Genre littéraire :
Paripari fenua
’A fa’atura i tō fenua (Respecte ta terre)
 

’O Nahoata…

’O Nahoata…
 
’O Nahoata tō’u ’āi’a …
’O Nahoata tō’u ’āi’a …
 
’A fāriu na tō mata i te ra’i teitei
E ’ite ’oe i te ’una’una o te mou’a
’Ei pātere nā ’oe e te nūna’a mā’ohi ē !
’A fāriu tō mata i raro i te moana
E ’ite ’oe i te ruperupe o te moana
E pātere nā ’oe e te nūna’a mā’ohi ē !
I vai mā i mūta’a ra, inaha ’ua tura
Te nūna’a mā’ohi i te maita’i o te fenua
I mta’a iho ra !
 

Nahoata…

Nahoata…

 
Nahoata ma terre…
Nahoata ma terre …
 
Regarde donc le ciel,
Et tu verras la beauté de ta montagne,
Terre nourricière pour toi, peuple polynésien.
Regarde donc l’océan,
Et tu verras la beauté de la mer,
Mer nourricière pour toi, peuple polynésien.
Autrefois saines, car peuple polynésien,
Tu respectais ce qui t’entourait jadis.
 
 
 
’A fāriu na rā i teienei
I ni’a, i raro, ’auē e roimata o te māuiui,
’Ua ’ōfati te ta’ata i te maita’i o te ora, o te fenua ’āi’a!
Nā hea ia i teienei ?
Nō reira, ia ho’i tātou i ni’a i te parau faufa’a o tō ’āi’a,
Tō ’una’una, tō viruviru ’e tō faufa’a.
 
E ta’u atu vau ’ia ’oe i te parau nō tō’u ’ai’a ’o Pira’e
Pare nui, Teporionu’u i mūta’a ra.
 
 
’O vau teie ’o Hina a PIOKOE
I roto vau i te piha ha’api’ira’a hitu nō Nahoata
Nahoata tō’u vaira’a.
 
’Ia hi’o tō’u mata i te ra’i teitei,
’O Nahoata te mou’a o tō’u mau tupuna
Nahoata i te vai Nahoata, Nahoata i te vai mā
I te tau o te mau nohovao
Nohovao i te turara’a o te fenua,
Fenua i aupuruhia e ’oia
Aupuru i te mau hotu o te fenua
’Ia ’ore ia o’e i te mā’a.
’Afa’a tei raro ’o Tenaho ē
’Afa’a ruperupe i tera ra tau
I te tau fa’a’apu, rimahia e ’oe e te ta’ata mā’ohi
’Ia ohi, ’ia a’a o te tumu rau ra
’O Nahoata te vai o te hotu rau i mūta’a ra
Marō ra i te tura ’orera’a o te ta’ata i teienei
’Ua tahe ti’a atu i Ta’aone
Ta’aone i te ’ōutu nō Arahiri ra ē
Arahiri i te pōti’i fa’ahe’e ’o Tautiti
 
 
Tautiti i te taura’a o te mau atua
’Ei arata’i iāna ’ia fa’ahe’e i te ’are rahi ra ē
’Ua fa’atura i te mau atua, peu tumu o taua tau ra

Tei hea atura tō peu tumu ra e te ta’ata mā’ohi ?

’Ua mā’ohi noa te ta’ata i te ’anotau,
 
 
’Ua noho noa ’oia i roto i te fa’a mai te fa’a nō Hamuta
’O Haumure tō i’oa ra
Nohora’a nō Tāhiri vahine, turahia e te mau nohovao
Nō tō pūai i te tāhiri i te mau mata’i
’Ei ’arora’a i te mau ’enemi
Ma te tāhiri i tāna tāhiri mana tū.
Tei hea atura tō ti’aturira’a e te ta’ata mā’ohi ?
 
 
Māuruuru i te fa’aro’ora’a mai ’e ’ia vai tura noa
Tātou, tātou iho.
’Ia ora !
 
Aujourd’hui, que vois-tu ?
Là-haut, là-bas, des larmes de douleur.
L’homme a détruit l’essence même de la terre, terre patrie.
Qu’en est-il maintenant ?
Il est temps de penser au sens même de la tradition :
Beauté, sublimation, richesse.
 
Je vais vous parler de mon district Pira’e
 
Autrefois appelé Pare nui, Teporionu’u.
 
 
Je me présente : Hina PIOKOE
Je suis en CM2 à l’école de Nahoata,
Et je vis à Nahoata.
 
En levant mes yeux vers le firmament,
La montagne de mes ancêtres se dresse : Nahoata.
Nahoata, eau source de vie, eau limpide.
À l’époque des ancêtres, respectueux de la terre,
Entretenue, abondante de cultures vivrières,
Afin que l’homme puisse s’en nourrir.
C’était une vallée de toute beauté,
Aux temps où l’homme la travaillait.
Tenaho, au fond de la vallée,
À la nature luxuriante en ces temps-là,
Terre sur laquelle, boutons et germes,
Embellissaient les arbustes en tous genres.
L’eau de la Nahoata alimentait cette végétation,
Hélas, asséchée à présent par l’irrespect de l’homme.
Cette eau se déverse dans le lagon de Ta’aone,
Ta’aone, dont la pointe est Arahiri,
Tautiti Vahine y était réputée dans l’art du surf
 
Elle appelait les forces divines,
Pour l’aider à surfer la dernière et la plus grosse des vagues.
Respectant ainsi les dieux, symboles de la tradition ancestrale.
Qu’en est-il de toi peuple polynésien,
En es-tu digne ?
 
 
Tu vivais ta vallée,
Comme celle de Hamuta,
Haumure aux temps anciens.
Tāhiri Vahine y vivait également.
Les habitants la vénéraient,
Car d’un coup d’éventail, appelant les vents,
Elle avait le pouvoir de balayer ses ennemis.
Qu’en est-il de toi peuple polynésien,
En es-tu digne ?
 
 
Merci de votre attention et soyons
Respectueux les uns envers les autres.
’Ia ora !
 
Erieta NOBLET

[REPLAY] #Orero 2015 : Ecoutez Hina PIOKOE, 10 ans, de #Pirae, #Tahiti

Posted by Polynésie 1ère on samedi 8 août 2015

 

Votre avis est précieux !

Aidez-nous à améliorer l'expérience vidéo et TV sur le site.

Je donne mon avis