Mata ara

Un lundi sur cinq à 19h30  

Mata ara

[REPLAY] Pourquoi les jeunes Polynésiens ne parlent plus leurs langues- Mata Ara - 16 03 2015

Mata ara - Les jeunes et la pratique des langues polynésiennes - 16 03 2015 video

Quelles sont les solutions pour y remédier et comment susciter l’envie chez les jeunes de parler leur propre langue ? Pour en parler, Heiata Buluc recoit Mirose Paia, Jacques Vernaudon, Denise Raapoto dans votre émission Mata ara sur Polynésie 1ère

Polynésie 1ère
Publié le , mis à jour le

Aujourd’hui de moins en moins de jeunes parlent le tahitien au fenua. Selon le recensement de  2012, plus de trois jeunes Polynésiens sur dix n’ont aucune notion ou compréhension d’une langue polynésienne, et pourtant les moyens ne manquent pas.

L’emploi du français domine les échanges familiaux et celui des langues polynésiennes décroît régulièrement. Le tahitien est enseigné à l’école primaire, à raison de deux heures par semaine. Mais pour être assimilé, il doit être pratiqué en dehors des cours.

Pourquoi les jeunes Polynésiens ne parlent plus leurs langues ? Quelles sont les solutions pour y remédier ? Surtout comment susciter l’envie chez les jeunes de parler sa propre langue ?

Autant de questions débattues ce lundi 16 mars à 19h30 dans Mata ara. Heiata Buluc reçoit en direct sur le plateau de Polynésie 1ère des linguistes, un académicien, un membre de l’association "Punareo", deux jeunes étudiants en reo maohi et un membre de l’église évangélique protestante, autrefois bastion de la transmission du tahitien. L’église constate aujourd’hui que son auditoire devient de plus en plus francophone.

L’émission se tient en deux parties : dans un premier temps, Heita Buluc et ses invités tentent de comprendre pourquoi les jeunes polynésiens ne parlent plus leurs langues. Ensuite, ils évoquent ensemble les solutions existantes, notamment pour susciter l'envie de parler le reo ma’ohi chez les jeunes.

Les invités : Heiata Buluc recoit Mirose Paia, Jacques Vernaudon, Denise Raapoto


L'émission en intégralité, en replay :