Heiva i Tahiti

Polynésie la 1ère est au coeur de l'évènement culturel le plus attendu de l'année !

Heiva i Tahiti

11 07 14 - Heiva i Tahiti : Tahina no Uturoa, Tamariki Oparo sur Polynésie 1ère

Tahina no Uturoa et Tamariki Oparo au Heiva i Tahiti 2014_3

Retrouvez le meilleur du Heiva 2014, diffusé ce vendredi 11 juillet sur Polynésie 1ère TV, internet.
Prestation des groupes Place To'ata :
- Le groupe de chants Tahina no Uturoa : jeudi 10 juillet
- La troupe de danses Tamariki Oparo : jeudi 10 juillet

Polynésie 1ère
Publié le , mis à jour le

- Toutes les vidéos en replay 
- Toute l'actu du Heiva
Toutes les soirées du Heiva sont également à suivre en direct sur Polynésie 1ère radio

Chants : Tahina no Uturoa

 

Heiva ce soir sur Polynésie 1ère,
A 18h 50, Emere Teiva propose d’écouter et d’apprécier les chants polyphoniques du groupe « TAHINA NO UTUROA » dirigé par Noeline Ihorai .Tahina no Uturoa chante la beauté du Tiare Apetahi


Danses : Tamariki Oparo
 

A 19h 30 : Emere met le cap vers Rapa et nous invite à apprécier dans notre page dédiée aux concours de chants et danses les prestations du  groupe de chants et de  danses des « TAMARIKI OPARO » dirigé par Pierrot Faraire.
Cette année Pierrot Faraire chante et danse l’histoire du grand guerrier originaire de Rapa Pirimato appelé également par les tahitiens Ma’iroto (maladie intérieure). Ma’iroto vivait à Tahiti, son travail était d’aller chercher des plumes rouges pour la famille royale. Il n’était pas aimé des tahitiens qui le surnommaient de façon moqueuse « Rapahue ». Il prit ombrage de toutes ces maltraitances et pour se venger, il se mit au service des français pour  les guider à s’emparer du fort de Fautau’a sur lequel s’étaient réfugier les tahitiens anti-français. Plus tard, il  empêcha les bateaux esclavagistes péruviens de ramasser les iliens du Pacifique pour les envoyer comme esclaves au Pérou.
A travers les  exploits de  Ma’iroto qui  ont marqué les esprits des  habitants de Rapa, Pierrot veut exprimer sa fierté d’être Rapa de nationalité française.

La minute du Heiva