Festival international du graffiti ONO'U

Chaque année, le festival international d'art urbain contemporain ONO'U colore les antennes de Polynésie La 1ère !

Festival international du graffiti ONO'U

Dialogues entre fenua et graffitis

Dialogue entre fenua et graffitis

En attendant la battle prévue ce week-end place Toa’ta, graffeurs internationaux et graffeurs du fenua se sont retrouvés en ville cette semaine pour des sessions improvisées. Des moments rares de rencontre et de dialogue entre culture du fenua et cultures du monde entier.

Polynésie 1ère
Publié le , mis à jour le

Dialogue entre fenua et graffitis

« Ce sont des légendes, c’est un honneur pour nous  de peindre à leurs côtés ! », confie Spid, un graffeur local connu notamment pour ses fresques avec le groupe TMK. Avec ses amis, Enos et Cher1, il est venu participer à la session improvisée en ville avec les graffeurs internationaux. « C’est une journée historique ! Il faut profiter de chaque moment », avoue le jeune trentenaire, fier d’avoir désormais son graff à côté de ceux des « stars » du milieu. Toute la journée, avec Dize, un des grands noms du street art français, et le duo néo-zélandais, Berts & Phat1, ils ont peint une partie d'un mur situé rue des remparts.

« Ici, les gens s’arrêtent pour regarder nos fresques et nous encourager ! Ça fait du bien et ça nous motive pour leur offrir une belle peinture ! »

« Leur œuvre met de la gaïeté au mur de la ville », raconte Martine, 60 ans, visiblement enchantée par le spectacle. Avec son mari, elle est passée par hasard dans cette rue, et elle ne le regrette pas. « En tant que retraitée, je trouve ça super de voir que les jeunes d’aujourd’hui s’expriment de cette manière ! C’est beau ! ». L’ambiance est bon enfant. Les artistes qui se connaissent tous entre eux et s’admirent pour la qualité de leur travail, s’octroient quelques pauses pour reposer leurs bras et discuter avec les badauds. « Ici, les gens s’arrêtent pour regarder nos fresques et nous encourager ! Ça nous fait du bien et ça nous motive pour offrir une belle peinture aux gens d’ici ! ».

 

Dialogue entre fenua et graffitis