PROGRAMMES TV, événements, nouveautés...

Suivez les grands événements et nouveautés de Polynésie la 1ère !

Prison Break / INÉDIT : entretien avec Sarah Wayne Callies, Robert Knepper et Rockmond Dunbar

prison nreak saison 5

Les acteurs star de la série PRISON BREAK, Sarah Wayne Callies, Robert Knepper et Rockmond Dunbar nous ont fait l'honneur de répondre à nos questions. Découvrez cet entretien inédit.

DR / Polynésie 1ère Publié le

Vos rôles sont-ils les mêmes dans cette nouvelle saison ?

Rockmond Dunbar (C-Note) : Mon rôle est totalement différent. C-Note mène une existence heureuse et paisible que personne n’aurait pu imaginer dans les saisons 1, 2 et 4. Tout a changé pour lui. Il a trouvé le bonheur et du coup, prendre des risques pour quelqu’un doit avoir un sens pour lui. Mais il a fait son choix et il assume.

Sarah Wayne Callies (Sara Tancredi) : Je dirais la même chose. Sara est radicalement différente de la personne qu’elle était dans les saisons précédentes. La douleur et la folie semblent faire partie intégrante de son existence, elle s’est complètement engouffrée dans cette brèche et en est uniquement sortie pour le bien de son fils. Je ne pense pas qu’elle recherchait l’amour, mais elle a fini tout de même par trouver un homme disposé à prendre ce qu’il lui restait à donner. Et ce n’est pas si mal après tout. Mais lors de cette première scène avec Lincoln, lorsque la possibilité de voir tout s’écrouler se profile, embrasser l’espoir que Michael puisse toujours être vivant pourrait vraiment leur coûter le peu d’équilibre qu’il leur reste.

Vous souhaitiez revenir à condition que cette saison ressemble à la première,  qu’elle soit empreinte du même type d’énergie. Qu’en est-il ?

Rockmond Dunbar (C-Note) : C’est une nouvelle série, même si c’est un reboot. L’histoire se déroule dans un nouveau pays, avec de nouveaux personnages. C’est la série qui sort du lot, celle grâce à laquelle vous vous faites des amis pour la vie. Parfois, je regarde des photos en me disant « Oh, c’était un si bon moment » ! J’ai dû, malgré moi, laisser ma femme enceinte et ma fille derrière moi pour ce tournage. Mais je suis tellement content de l’avoir fait, juste en raison des personnes qui participent à ce projet et de l’énergie qui a régné sur le plateau.

Y a-t-il eu un moment, pendant le tournage, où vous avez eu le sentiment de vivre un recommencement ?

Rockmond Dunbar (C-Note) : Je pense que pour les autres… et pour moi, c’est la scène de l’aéroport. Il y a un moment où Amaury (Sucre) apparaît, Dominic (Lincoln Burrows) est là, Knepper (T- Bag) aussi et c’était juste énorme ! Vous savez, nous nous sommes tous liés d’amitié, on se retrouvait tous là, on se regardait et je me disais « J’arrive pas à croire qu’on soit tous réunis, c’était vraiment génial ! ». On a eu un certain nombre de moments de ce type. Et puis vous savez, voir Wentworth (Michal Scofield) débarquer, c’était juste incroyable !

Robert, êtes-vous toujours le méchant ?

Robert Knepper (T-Bag) : Je suis ignoble ! Paul Scheuring (le réalisateur, NDLR) m’a appelé pour me demander ce que je pensais de l’idée de reprendre mon rôle. À l’époque, il ne parlait pas encore de reboot, mais il a tout de même ajouté que lui et les producteurs pensaient revisiter la série. Je lui ai demandé de bien vouloir me faire une faveur en essayant d’innover pour éviter que ça ressemble à ce qui avait déjà été fait dans la série originale. J’ai dit à Paul que j’espérais que toutes nos expériences vécues ces dernières années pourraient être incorporées et il m’a dit de ne pas m’inquiéter, que le reboot allait être phénoménal ! Avec mon personnage, vous allez découvrir un mec qui n'arrive pas à se contrôler mais qui, à, la fois, essaye de se racheter, qui apprend à vivre normalement sans vouloir automatiquement tuer quelqu’un…

Comment expliquez-vous l'impact de la série et son succès dans le monde ?

Robert Knepper (T-Bag) : C’est une série très bien écrite avec une intrigue parfaitement montée. Je me souviens, lorsque je visionnais la série, j’étais impressionné par la manière dont elle passait d’un acte à l’autre. C’était vraiment difficile de ne pas se laisser prendre par l’histoire. On avait toujours envie de connaître la suite. Je pense que Prison Break était, de ce point de vue, une série visionnaire. Il est vrai que les séries télévisées existent depuis longtemps, mais la capacité de Prison Break à faire monter la tension et l’excitation avec laquelle le public dévorait chaque nouvel épisode après une semaine d’attente, en faisait une série plutôt unique pour l’époque.