Clips locaux

Du lundi au vendredi à 5h55, 11h10 et 15h30.

Clips locaux

Un clip qui sort de l'ordinaire : découvrez le morceau de Taïna Yon, intutilé "Mèimei"

Taïna Yon-  Mèimei

Mélange entre musique polynésienne et R&B, appréciez ce clip produit par Insomnial Musik et réalisé par Yon Réalisation... Un clip qui vous transportera dans un univers décalé alliant vie ancestrale et contemporaine.

Polynésie 1ère Publié le , mis à jour le

C'est l'histoire d'âme-soeurs qui se retrouvent après des siècles de séparation, que nous raconte ce clip original. Rempli de fantaisie, ce clip se base sur une légende écrite par Taïna Yon, présidente de l'association "Yon Realisation". Un clip fort en symbolique qui vous laissera songeur, à découvrir ci-dessous :


Apprenez en plus sur la concrétisation de ce projet artistique avec l'interview de l'artiste en question, Taïna :


Depuis quand existe Yon Réalisation ? Comment s'est montée l'équipe Yon réalisation ? Qui est à l'origine ?

L'équipe Yon réalisation existe depuis l'année dernière officiellement. L'équipe s'est montée suite à des projets audiovisuels précédents qui ont donné envie à la présidente ainsi qu'à certains de ses amis de fonder une association.

Quel est l'objectif de cette association ?

L'objectif de l'association est de pouvoir partager à d'autres personnes notre passion mais aussi faire de la prévention ainsi que de louer les services de l’association (shootings, court métrage, clip…) pour des personnes qui disposent d'un budget réduit.


Quelle légende a été choisie pour ce film ? Peut-on la résumer en quelques mots ? Pourquoi avoir choisi cette légende ?

La légende n’existait pas auparavant. C’est une légende que Taina (notre présidente) et sa petite sœur (donc sa Mèimei) ont inventé sur leurs ressentis de leurs rencontres et leur histoire. La résumer en quelques mots : avant tout Mèime signifie sœur, dans le sens d'âme soeur. L’histoire raconte donc l’amour de deux soeurs qui se retrouvent des siècles après, malgré la culture, leurs vies qui les a changé. Elles se retrouvent dans les vies quelle réincarenent. C'est pourquoi nous jouons sur le mot âme sœur.
Pourquoi ce projet ? Notre présidente voulait passer un message à sa petite sœur qui est retournée à Tahiti (Taravao). Peu importe la distance, leurs situations, elle souhaite lui prouver qu’elle ne l’oublie pas et qu'elle essaie de faire de leur histoire une belle légende sur le thème de l’âme sœur. Comme l'a précisé sa petite sœur, les âmes sœurs ne sont pas forcément des personnes amoureuses et que cela ne se passe pas forcément entre un homme et une femme. Ce sont des âmes qui se retrouvent tout simplement.

Le film est plutôt original. Il est à mi-chemin entre une fiction et un clip musical... Quel est le concept ?

Le concept consistait à mélanger, avec les moyen du bord, deux styles de musique différentes : le tamure pour un coté traditionnel et le R&B pour le style musical. Après pour laspect visuel on voulait mettre en scène la vie passé (des ancêtres) et le monde actuel pour raconter une histoire.


Raconte-nous les coulisses. Où ont été tournées les images ?

Dans les coulisses nous avons rencontrer plusieurs associations polynésiennes qui ont un très grand cœur et une énorme générosité. Ils ont tout de suite accroché au projet pour ce côté "lien famiale". Celui qui a été le plus touché par cette histoire est Toofa Stephane, président de l’association Tamarii Vendée Nui. Les images ont été tournées à deux endroits différents : d'abord à Sèvres puis à Exireuil en France, en essayant de se rapprocher du paysage naturel de la Polynésie. On voulait vraiment travailler avec la nature.

 

Des anecdotes ? Les meilleurs souvenirs et les pires souvenirs du tournage ?

Tous les tournages de ce projet sont de bons souvenirs malgré quelques desagréments, mais l’un des meilleurs souvenirs que j’ai et celui qui m'a énormément touché a eu lieu le soir de l’avant première. J'ai reçu un mail de remerciement de Valérie, membre de l'association Here Fenua. Tout ce qu'elle m'a dit, je le retiens et je le garde pour moi. Je voulais lui dire merci publiquement car elle a cité plusieurs raisons pour lesquelles j’ai fondé cette association et pourquoi j’essaie d’être un artiste.

Des remerciements particuliers à adresser ?

Sans Adelaïde Teihotu je n’aurais pas eu de voix off et de chorégraphie. Je la remercie donc particulièrement car comme je lui ai dis à mille reprises, elle nous a sauvé la vie. (rires) Je remercie également au nom de l’association, Mareva Lo Shun, qui a tout de même décidé de participer à titre personnel au projet. Nous remercions les associations et leur gentillesse ainsi que les personnes qui se sont engagées à titre personnel. J’ai fait des rencontres inoubliables dont notamment des amis. Je remercie mon équipe également, Antony Gabard, mes 2 grandes sœurs, mon papou et Insomniak musique (Merouwan Bouleghlem) sans oublier Gab et son studio AK Audio visuel car sans eux, je n’aurais pas pu mettre tout cela au propre. Je remercie les dieux, la vie, le destin, tout le monde car sans Tuane Taiana Tere (ma petite sœur) je n’aurais jamais eu ce projet et je n’aurais pas appris, elle a beau être ma petite sœur, elle m’a appris beaucoup de choses.


Yon Réalisation a d'autres projets pour 2017 ?

Yon réalisation a actuellement plusieurs autres projets dont un d'entre eux qui est en cours de production, en collaboration avec quelques membres de l’association Here fenua (Raymoto Tamui). Le deuxième projet est aussi en cours mais cette fois-ci avec Christophe Lehacault qui compte faire d’autres projets avec les danseuses de freestyle.