LE LIVE 
 

Ce contenu n'est pas compatible AMP.



Le suicide en Polynésie, c'est le thème de votre magazine santé "Ara Ora". 

Faire le deuil d'un enfant n'est pas simple ! Lorsqu'il a décidé de mettre fin à sa vie, la douleur est immense et ne cicatrise jamais. Même si avec les années l'on arrive à vivre avec, le deuil est long voire impossible.

Des drames qui touchent beaucoup de familles polynésiennes. L'équipe d'"Ara Ora" a suivi un couple dans cette épreuve. C'était en 2013 !

Retour sur ce fléau des temps modernes, ce soir dans votre magazine santé "Ara Ora". 30 à 50 suicides par an, en moyenne, c'est le bilan alarmant des services de santé polynésiens.




C'est la première cause de mortalité chez les jeunes de 14 à 25 ans, malgré tous les efforts de l'association "SOS Suicide" et des services de santé pour éviter le pire.

Depuis 17 ans, la ligne verte "SOS Suicide" (tel gratuit :40 444 767) est à l'écoute pour aider ces personnes en détresse. Tous les ans, ce sont 230 tentatives de suicide qui y sont recensées.

Comment déceler une volonté d'attenter à sa vie ? Comment comprendre ceux qui veulent passer à l'acte ? Le suicide est-il un problème d'ordre mental ?

Éléments de réponse dans notre émission "Ara Ora", ce lundi 10 septembre, à l'occasion de la journée mondiale du suicide, avec Stella Taaroamea et ses invités : Annie Meunier, présidente de l'association "SOS Suicide, Patu Ateni, professeur au lycée Aorai et Patrick Anderson, père endeuillé.


Bande annonce : 

Ce contenu n'est pas compatible AMP.