Le plus de l'info

Du lundi au vendredi à 7h10, puis en podcast. 

Le plus de l'info

La filariose lymphatique - 28/02/2017

Le plus de l'info

Une actualité locale ou nationale décryptée à la loupe par Maruki Dury. Du lundi au vendredi à 7h10.

Polynésie 1ère
Publié le , mis à jour le

Exactement Matéo, la filariose lymphatique  que tout le monde doit connaître en Polynésie, il y a plusieurs dizaines de cas recensés, et depuis plusieurs années, les services de santé renouvellent des opérations de lutte contre la filariose notamment dans les écoles, et les dispensaires.

Alors la filariose, c’est quoi ?
Selon la définition de l’organisation mondiale de la santé, c’est une infection parasitaire qui peut entraîner des lésions du système lymphatique et une augmentation anormale du volume de certaines parties du corps, à l’origine de douleurs ou d’incapacité sévère.
La plupart du temps c’est surtout au niveau des jambes, que ça gonfle quand il y a infection à cause de la filariose, c'est ce que l'on appelle l’éléphantiasis ou bien lymphoedème, lorsque la lymphe, qui est un liquide biologique dans notre corps, s’écoule dans les tissus sous-cutanés, ce qui donne cette apparence. Les membres deviennent comme cela, seulement une dizaine d’années après l’infection, car les filaires meurent à l’issue de ce lap de temps.

Il faut savoir que la filariose est présente dans 54 pays dans le monde. 947 millions de personnes sont sous la menace de la filariose lymphatique et nécessitent des traitements à grande échelle, également appelés chimiothérapies préventives, pour stopper la propagation de cette maladie. Pas de connotation par rapport au cancer quand on parle de chimiothérapie, donc on va plutôt dire « campagne de distribution de masse ».
Cela fait des années que ces campagnes existent en Polynésie, et depuis 2010, il y a les campagnes de POD, la prise observée directe, qui permet de mieux évaluer l’impact.

Les habitants doivent donc avaler du Dyéthylcarbamazine et de l’albendazole, qui sont en fait les médicaments génériques de la Notézine et du Zentel, des médicaments qui sont gracieusement fournie par l’OMS. 6,2 milliards de traitements ont été délivrés depuis 2000 pour stopper la propagation de l’infection.

Au niveau de l’infection justement, comment est-ce que la filariose se transmet ?
Et bien par le moustique, l’Aedes Polynésiensis, qui n’est pas le même que l’Aedes Egypti, qui transmet le Zika et le Chikungunya. Ce moustique pique une personne déjà infectée et il va absorber un bébé filaire, qui se transforme en larve dans le corps d’un moustique. Cette larve se loge dans le système lymphatique d’une autre personne par la piqûre du moustique, la larve grandit et se transforme en filaire adulte.
Si dans un même site ganglionnaire, il y a un mâle et une femelle,  ils vont faire des bébé filaires et la maladie va se développer, et si on ne traite pas pendant plusieurs année, comme je l’ai dit, au bout de 10 ans, les filaires meurent et on a… l’éléphantiasis.

Actuellement, dans le monde, plus de 120 millions de personnes sont infectées, et environ 40 millions d’entre elles souffrent de difformités et sont handicapées par la maladie.



Retrouvez toute l'actu de votre émission sur : http://la1ere.francetvinfo.fr/polynesie/emissions-radio/le-plus-de-l-info