L'invité café

Du lundi au vendredi à 7h20.

L'invité café

L'invitée café : Sandra Lévy-Agami - 30/04/2021

L'invitée café : Sandra Lévy-Agami - 30/04/2021

L'invitée café du vendredi 30 avril 2021 est Sandra Lévy-Agami, présidente de l'association Vahine Orama.

Polynésie la 1ère (MEL : IB) Publié le , mis à jour le

En Polynésie, 1 000 interruptions volontaires de grossesse sont pratiquées en moyenne chaque année. 10% concernent des jeunes filles mineures entre 15 et 18 ans. La loi en Métropole permet depuis 2016 aux sages-femmes d'intervenir au même titre que les médecins. Le Pays souhaite justement adapter certains textes nationaux à la Polynésie.

"Des projets de loi qui répondent aux évolutions en la matière, estime Sandra Lévy-Agami. Je suis pour que les femmes aient le choix de disposer de leur corps et si elles font le choix d'un IVG, c'est qu'il ne peut en être autrement. Aucune femme n'y a recours de gaité de coeur."

 

Les hommes : responsables également

"C'est dommage que les chiffres ne parlent pas des garçons qui participent aussi à faire en sorte que les filles soient enceintes. Dans ce type de problématique, il y a deux personnes, on n'est pas enceinte par hasard, c'est bien qu'il y a eu un rapport sexuel avec quelqu'un qui lui aussi n'a pas pris ses précautions. (...) En la matière, l'éducation des jeunes garçons est aussi importante que celle des jeunes filles."

Sandra Lévy-Agami est interrogée en direct par Ibrahim Ahmed Hazi :