L'invité café

Du lundi au vendredi à 7h20.

L'invité café

L'invitée café : Cécile Moreau - 5/05/21

L'invitée café : Cécile Moreau - 5/05/21

L'invitée café du mercredi 5 mai 2021 est Cécile Moreau, directrice de l'Association Polyvalente d'Actions socio-judicaires de Polynésie française (APAJ).

Polynésie la 1ère ; SD Publié le , mis à jour le

Chaque année en Polynésie française, plus de 3500 femmes sont violentées.

De plus en plus, les femmes victimes de violences au sein du couple osent davantages se manifester auprès des autorités publiques. Des tierces personnes dévoilent, signalent et rapportent les violences conjugales auprès de la gendarmerie, tribunal, association...

Le dépôt de plainte permet à une personne d'informer la justice qu'une infraction a été commise et dont elle se dit victime. 

Cécile Moreau est venue nous parler des actions menées par l'association, APAJ. Un service qui prend dans la prise en charge des femmes victimes de violences domestiques et conjugales.Le pôle d’aide aux victimes est chargé de l’accueil et du suivi des victimes d’infractions pénales. L’équipe est composée de plusieurs juristes et psychologue

APAJ, est une association composée de deux pôles :

  • Le premier volet  concerne l’aide aux victimes, « Te Rama Ora ».

Accueillir, Ecouter gratuitement et en toute confidentialité les victimes (directes ou indirectes) d’infractions pénales.Informer les victimes sur les procédures et sur leurs droits : (Dépôt de plainte à la gendarmerie ou directement devant le Procureur de la République ; Constitution de partie civile afin de pouvoir demander réparation des préjudices subis ; assistance d’un avocat lors de la procédure, etc …)

Aider et Accompagner les victimes dans les démarches : Pour certains, le monde de la justice est difficile à comprendre. TE RAMA ORA explique et aide les victimes ou leurs proches à faire valoir leurs droits. L’association aide à rédiger les courriers des victimes au Procureur, aux juges.

Te Rama Ora joue également un rôle d’interface entre les victimes et les avocats ou les services judiciaires pour celles qui n’ont ni les moyens ni le courage de faire le premier pas pour demander aide, information ou réparation.

Les missions :

Elle accompagne les victimes à l’audience du Tribunal Correctionnel ou de la Cour d’Assises afin de les guider et de leur expliquer le déroulement de l’audience.

Orienter les victimes : Te Rama Ora oriente et facilite les rencontres avec les psychologues, les avocats, les services sociaux ou médicaux en fonction des besoins.

  • Le deuxième pôle d’activités de l’APAJ, appelée « Missions socio-judiciaires », mène, sur réquisitions, des actions de responsabilisation de personnes mises en cause pour avoir commis une infraction.

Participer à la lutte contre la délinquance et la récidive. Ce pôle est notamment chargé de la mise en œuvre des mesures alternatives aux poursuites et des stages de sensibilisation destinés aux auteurs d’infractions.

Les alternatives aux poursuites participent à rendre une justice rapide, personnalisée, et à désengorger les audiences du tribunal, déjà bien chargées, au profit des délinquants les plus inquiétants. »

Les actions :

L'APAJ est de plus en plus soutenue par les autorités publiques. Il faut davantage de moyens car les violences conjugales sont en augmentation. Il faut aider les victimes des îles qui ont plus de difficultés à avoir accès à l'information.

Le travail de prévention se multiplie, des professionnels se rendent dans les établissements scolaires pour parler de la vie de couple ou de la violence au sein du couple, ou famille (...) des formations s'étendent auprès des éducateurs sportifs, auprès des réseaux de jeunesse afin que le message passe par différentes voix. Les actions de prévention doivent se développer et vont prendre beaucoup de temps. 

Cécile Moreau est interrogée en direct par Ibrahim Ahmed Hazi :

Plus d'infos sur la page Facebook Apajpf