L'invité café

Du lundi au vendredi à 7h20.

L'invité café

L'invité café : Philippe Neuffer - 06/05/2021

L'invité café : Philippe Neuffer - 06/05/2021

L'invité café du jeudi 6 mai 2021 est Philippe Neuffer, avocat des victimes du nucléaire pour l'association "Moruroa e tatou".

Polynésie la 1ère ; SD Publié le , mis à jour le

Philippe Neuffer avocat des victimes du nucléaire pour l’association Moruroa e Tatou s’est exprimé sur les dossiers en cours pour la reconnaissance des victimes des essais et a aussi donné l’avis de l’association "Moruroa E Tatou" sur la mission du ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu qui est attendu ce jeudi 6 mai à Tahiti.

L'association se bat depuis plusieurs années notamment sur la question de l'indemnisation du préjudice propre des ayants droits des victimes des essais nucléaires (les veuves et les enfants des anciens travailleurs). L'association n'a jamais eu de réponse car la loi ne le dit pas et n'indemnise pas de manière satisfaisante. Elle fruste les familles polynésiennes et particulièrement les familles touchées par le drame de la contamination des rayonnements ionisants.

C'est l'occasion pour l'association de transmettre un certain nombre de points techniques au ministre de l'Outre-mer, Sébastien Lecornu. C'est important de faire passer un message sur certains points précis et nous savons que depuis 2009 nos pistes de réflexions n'ont pas été validées à la fabrication de la Loi Morin et ce n'est qu'àprès avoir placé l'affaire devant le tribunal administratif de Papeete que ces positions ont été pris en compte dans les modifications de la loi et dans les décrets qui se sont succédés depuis 2010. 

Comme chaque année, l'association "Moruroa E Tatou" organisera une cérémonie de mémoire pour rappeler que le premier tir nucléaire français en Polynésie a eu lieu il y a près de 55 ans.

Il y a un geste à faire vis-à-vis des victimes des essais nucléaire et ce geste doit être au-delà des propros. Une table ronde doit dérouler en Polynésie.

Le combat sur l'obtention du titre de reconnaissance des victimes des essais nucléaires français n'est pas abouti. Nous avons une confiance limitée dans la parole l'Etat (...) nous nous heurtons à des appels qui sont formés par le CIVEN à la suite de jugements qui attribuent une indemnisation aux victimes des essais nucléaires et ça montre que l'Etat est une démarche discordante, elle est entre une volonté d'indemniser et d'optimiser les fonds publics... il y a une contradiction. 

Ce combat allonge les délais de procédures et parfois le versement de l'indemnisation arrive lorsque la victime est décédée (...) il faut mettre en place un calendrier qui va aboutir à une réforme de cette loi qui va reconnaître la responsabilité de l'Etat et de son indemnisation pour de vrai,

Une loi qui indemnise pour de vrai c'est-à-dire qui ne donne pas une autorité ou le soin de décider sur le choix de l'indemnisation. Il faut que cela soit automatique ou forfaitaire afin que les victimes n'aient pas à subir des mois de procédures coûteuses. 

Philippe Neuffer est interrogé en direct par Ibrahim Ahmed Hazi