L'invité café

Du lundi au vendredi à 7h20.

L'invité café

L'invité café : Henri-Pierre Mallet - 17/02/2021

L'invité café : Henri-Pierre Mallet - 17/02/2021

L'invité café du mercredi 17 février est le docteur Henri-Pierre Mallet, épidémiologiste à la direction de la santé. 

Polynésie la 1ère ; SD Publié le , mis à jour le

Henri-Pierre Mallet, épidémiologiste est venu nous parler des vaccins anti-Covid de la baisse de l’épidémie et des variants britannique. Un territoire qui est selon lui en phase de forte décroissante. A ce jour, huit cas des variants britannique ont été détectés sur le territoire dernièrement.

On s'est attaché ces dernières semaines à repérer des variants qui peuvent avoir des conséquences plus importantes en terme de contagiosité et de dangerosité. Une alerte aux variants (britanique, sud-africain...) a été lancée dans le monde. Huit cas des variants britannique ont été détectés de façon indépendante (...) Il est possible que le variant britannique soit introduit en Polynésie bien avant que nous recevons la machine de séquençage. Maintenant, on a les moyens pour détecter les cas variants, on aura une politique plus ciblée.

Il faut se méfier des variants, il faut les observer... il y a plein d'hypothèses

Les centres d'hébergements sont saturés, il faut s'adapter voir alléger pour qu'une barrière soit mise en place mais moins contraignante. La campagne de vaccination augmente de jour en jour mais nous devons gérer les stocks pour la deuxième dose de vaccin. On ne peut pas accélérer à outrance les vaccins tant que nous n'avons pas la livraison des vaccins suivantes, on n'a pas de calendrier précis suite à la situation mondiale.

La situation sanitaire en Polynésie est plutôt favorable peut-être que cela est liée à l'environnement, la génétique, le soleil, le plein air... Nous avons des chiffres très bas contrairement à la grande majorité des départements métropolitains et outre-mer. Il y a très peu de cas...

On est dans une phase de décroissance en Polynésie française (la phase 2). L'objectif de la vaccination est de piquer les personnes âgées (les plus de 75 ans) et de donner une immunité "naturelle" à la population. Selon les contextes, il faut que la moitié de la population soit vaccinée mais ça dépend de la transmission naturelle du virus (...)

Henri-Pierre Mallet est interrogé en direct par Ibrahim Ahmed Hazi :