Assises : 22 ans de prison ferme, c’est le verdict prononcé par les jurés de la cour d’assises

arme crime passionnel
© Polynésie la 1ère / Bélinda Tumatariri

L’ultime journée du procès aux assises de Maui Tai, 44 ans, se déroule ce mercredi 26 juin 2019. Durant la matinée, un expert psychiatrique a été entendu par les jurés par le moyen de la visioconférence.  

T.D ; M.D ; Polynésie La 1ère Publié le , mis à jour le

22 ans de prison ferme, c’est le verdict prononcé par les jurés de la cour d’assises au « désosseur de Tubuai »


Le quadragénaire de Tubuai avait planifié le meurtre de sa mère et comptait passer à l’acte quand il a été interpellé, c’était le 6 décembre 2016 à Faa’a. A la barre, durant la première journée, l’accusé  a tenu des propos provocateurs, mais s’est dit « blessé » par une décision de justice en sa défaveur. En effet, la juge des enfants avait décidé de placer ses deux filles chez sa mère. Mais l’accusé, qui encourt la prison à perpétuité, a confié avoir décidé de passer à l’acte après avoir reçu une lettre du juge qui voulait aussi lui retirer la garde de son fils alors âgé de huit ans au moment des faits. Selon Maui Tai, ce courrier a été l’élément déclencheur de la planification de l’assassinat de sa mère.

L’expert psychiatre écarte « l’acte de folie »

Ce mercredi 26 juin 2019, à l’occasion du deuxième et dernier jour de procès, l’expert psychiatre a été entendu en visioconférence. « Ce n'est pas un geste raisonnable mais ce n’est pas un acte de folie. L’accusé a le contrôle de ses actes et a un grand sens du discernement » : tels sont les propos de médecin. Ce dernier a aussi relevé de la colère chez l’accusé vis-à-vis de sa mère et une de ses filles. Une rancœur toujours fortement présente et qui pourrait expliquer l’absence d’émotions chez l’accusé lorsque sa fille et sa mère ont été entendues à la barre, en pleurs. L’arrêt de la cour d’assises sera connu en fin de journée. Maui Tai risque la réclusion criminelle à perpétuité.