L'Assemblée de Polynésie officiellement membre de l'Assemblée parlementaire de la francophonie

Amadou Soumahoro et GTS
© Assemblée de la Polynésie Française | Gaston Tong Sang (à droite) président de l'Assemblée de Polynésie Française, aux côtés du nouveau président de l'Assemblée parlementaire de la Francophonie, Amadou Soumahoro (à gauche)

Les membres de l'Assemblée territoriale pourront ainsi siéger aux côtés des parlementaires francophones du monde entier 

Polynésie la 1ère ; SM Publié le , mis à jour le

L'Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF) a ouvert aujourd'hui à Abidjan sa 45ème session plénière. Parmi les points inscrits à l'ordre du jour figurait notamment l'adhésion l'assemblée plénière de la Polynésie Française à l'APF. 
Cette adhésion a été adoptée à l'unanimité par les 87 sections de l'Assemblée parlementaire de la Francophonie. A l'issue de ce vote historique, Gaston Tong Sang s'est rendu à la Tribune afin de prononcer un discours de remerciements. 

Au cours de cette allocution, le président de l'assemblée de Polynésie Française a "salué le cap historique franchi par l'assemblée qui, grâce au soutien et aux suffrages des membres de l'APF, aura désormais la chance et l'immense honneur d'intégrer cette honorable communauté des parlementaires et de siéger aux côtés des parlements francophones de ce monde, dans un esprit de partage, de fraternité, de tolérance, de progrès et de paix" souligne le communiqué du cabinet du président de l'Assemblée territoriale. 

Gaston Tong Sang a également souligné le fait que cette appartenance à l'APF était le fruit de plusieurs mois de travail des équipes administratives de l'institution, mais aussi des élus de Taraho'i, "qui tireront de nombreux bénéfices de cette adhésion, notamment en matière de formation et d'échanges interparlementaires". 


Cette adhésion à l'APF fait de la Polynésie Française le 88ème pays membre de cette institution créée en 1967. 

L'actu en vidéo

Crash d’Air Moorea, un anniversaire aussi tristes que les précédents

Crash d’Air Moorea, un anniversaire aussi tristes que les précédents