Faute d'énergie, Philae risque de ne pas pouvoir transférer les résultats de son forage

Le robot Philae s'est posé à la surface de la comète Tchouri, le 12 novembre 2014.
© ESA / ANADOLU AGENCY / AFP | Le robot Philae s'est posé à la surface de la comète Tchouri, le 12 novembre 2014.

Pour l'instant, la liaison entre le robot et la Terre est interrompue.

polynesie1ere avec AFP Publié le , mis à jour le

Suspens à 500 millions de kilomètres de la Terre. Le robot Philae a effectué, vendredi 14 novembre, un forage sur la comète Tchouri, mais les résultats de ces analyses n'arriveront peut-être jamais sur Terre faute d'énergie, a annoncé l'Agence spatiale européenne (ESA). Philae est chargé notamment de trouver sur le noyau de la comète des molécules organiques qui ont pu jouer un rôle dans l'apparition de la vie sur Terre, les comètes étant les objets les plus primitifs du système solaire. Mais depuis vendredi, la liaison avec Philae a été interrompue.

"Nous ne sommes pas sûrs que Philae ait assez d'énergie pour pouvoir transmettre les données lors du prochain contact", indique Stephan Ulamec, responsable de l'atterrisseur.

Une extinction de voix passagère ou définitive ?


Posé depuis mercredi sur le noyau de Tchouri, à plus de 500 millions de kilomètres de la Terre, Philae pourrait n'avoir plus que quelques heures d'autonomie. Quand la pile du robot sera épuisée, et que ses batteries solaires censées prendre le relais seront déchargées - ce qui risque d'intervenir dans la nuit -, Philae entrera en hibernation.

"On a vu le début du fonctionnement de la foreuse. On a vu la mèche descendre de 25 cm depuis la plate-forme. Le mécanisme a donc fonctionné, mais malheureusement, nous avons perdu la liaison et nous n'avons plus de données concernant la foreuse", regrette Philippe Gaudon, chef du projet Rosetta au CNES, interrogé par France info. Pour l'instant, il est impossible de dire si cette "extinction de voix" est passagère ou définitive, note le site de la radio.