Pacifique : un des plus grands mystères de l’aviation en passe d’être résolu

Amelia Earhart
© http://www.biography.com/people/amelia-earhart-9283280#synopsis

Les chercheurs qui sont sur la trace de l'aviatrice Amelia Earhart, disparue dans le Pacifique dans les années 30, ont affirmé aujourd’hui être de plus en plus convaincus que le débris d'aluminium trouvés sur une plage des Kiribati provient de son avion.

Hélène Harte
Publié le , mis à jour le

Cette découverte renforce la possibilité qu'un élément repéré par un sonar au large de l'atoll de Nikumaroro dans les îles Kiribati fasse partie du fuselage du Lockheed Electra de l'aviatrice, estime un groupe chargé de retrouver des avions disparus (International Group for Historic Aircraft Recover, TIGHAR).
             
Première femme à avoir traversé l'Atlantique seule aux commandes d'un avion, Amelia Earhart a voulu en 1937 faire le tour du monde. Elle volait près de l'Equateur quand elle et son navigateur Fred Noonan ont disparu sans laisser de trace. Elle était alors âgée de 39 ans.
             
Ce qui est arrivé aux deux pilotes et à leur bimoteur reste l'un des plus grands mystères de l'histoire de l'aviation.
             
Le gros morceau d'aluminium trouvé en 1991 ressemble beaucoup à une pièce mesurant 48 centimètres par 58 qui avait été installée à la place d'une fenêtre de l'avion lors d'une escale en Floride (sud-est) au début de leur voyage, affirme le groupe TIGHAR dans un communiqué.
             
"La forte possibilité que cet (objet) soit la +pièce de Miami+ signifie que beaucoup de cassures, de déchirures et d'entailles sur le métal pourraient être des indices importants permettant de savoir ce qui s'est passé et retrouver l'appareil lui-même", soutiennent les chercheurs.
             
Cette découverte renforce aussi la possibilité qu'un "élément inhabituel" vu sur les images d'un sonar prises par TIGHAR lors d'une expédition sur l'atoll en 2012 soit l'avion d'Amelia Earhart, à environ 200 mètres au fond de la mer.
             
Une hypothèse est que ce débris se soit détaché de l'appareil après le crash de l'avion, sans doute à court de carburant, sur un récif de Nikumaroro, et que l'avion ait encore diffusé des messages radio pendant au moins 5 jours.
             
Les courants et la houle auraient ensuite coulé l'avion, laissant les deux aviateurs seuls, dans l'attente de secours qui ne sont jamais arrivés.
             
TIGHAR a précisé qu'il comptait bien retourner à Nikumaroro en juin 2015 pour une 6e expédition, qui enverra un véhicule sous-marin piloté à distance pour repérer l'élément anormal relevé par le sonar.
             
Source : AFP

L'actu en vidéo

TH : Invitées du Vea et du JT : Pauline Moua, vice-présidente de la Fédération Te niu o te huma et Henriette Kamia, présidente de la Fédération Te Niu O Te Huma

Invitées du Vea et du JT : Pauline Moua, vice-présidente de la Fédération Te niu o te huma et Henriette Kamia, présidente de la Fédération Te Niu O Te Huma