Nouvelle-Calédonie : le haut-commissaire quitte la réunion du gouvernement

Brot invité radio NC 1ère
© NC 1ère

Le haut-commissaire de la République en Nouvelle-Calédonie, Jean-Jacques Brot, a refusé de siéger aujourd’hui à la séance du gouvernement local, mettant en cause "l'attitude provocatrice" de son vice-président indépendantiste.

Hélène Harte
Publié le , mis à jour le

"Par une attitude agressive et provocatrice, le vice-président du gouvernement cherche à déstabiliser le représentant de l'Etat", a déclaré Jean-Jacques Brot. L'incident aurait été déclenché par une interpellation "en des termes inappropriés et condescendants" adressée par Gilbert Tyuienon au haut-commissaire, réputé pour son franc-parler mais apprécié par les élus locaux.
D'après des témoins, le ton serait monté entre les deux hommes et le représentant de l'Etat dans cet archipel en cours de décolonisation a quitté la table du gouvernement dont le président a annulé la séance.
"C'est la première fois dans l'histoire récente de la Nouvelle-Calédonie qu'un tel incident se produit", a affirmé un membre du cabinet du vice-président. Il a assuré qu'il n'y a eu "aucune provocation" et a lié les faits à une récente visite avortée du haut-commissaire dans la commune de Canala, dont Gilbert Tyuienon est le maire.
Ce dernier aurait en effet conditionné la visite de M. Brot à un dépôt de gerbe sur la tombe d'Eloi Machoro, héros de la lutte kanake pour l'indépendance, tué en 1985 par des membres du GIGN. "Je regrette ce chantage mais je ne souhaite pas bloquer les institutions et j'attends de savoir quand aura lieu la prochaine réunion du gouvernement collégial", a déclaré M. Brot.
Au gouvernement, on indiquait toutefois que l'absence du haut-commissaire n'entachait pas de nullité les délibérations votées en séance par le gouvernement, en se référant à la loi organique de l'accord de Nouméa, qui régit l'archipel.
Source : AFP