En 2014 Olivier Fonrose sort de prison avec la manière. Le Guyanais retrouve son métier de chauffeur avec un CDI et un logement grâce notamment à l’association Wake Up Café qu’il a créée pendant son incarcération avec Clothilde, aumônière auprès des détenus de Fresnes. S’il y a une chose qu’Olivier a très vite comprise, c’est que derrière les barreaux, il faut s’occuper. Il s’inscrit dès lors à tous les ateliers : slam, sculpture, lecture et monte une chorale, chose impensable dans cet univers fermé. Les prisonniers adhèrent et viennent chanter. Ils sortent deux albums sous la direction d’Olivier avec la bénédiction de l’administration pénitentiaire. Ainsi sa demande de liberté conditionnelle n’est qu’une formalité qui lui ouvrira les portes vers la liberté.
Olivier Fonrose TDVIE