La taxe passager augmente pour les usagers d’Aircal

Aircal redevance passagers
© NCla1ère

Les billets d’Air Calédonie vont augmenter de 175 francs. C’est une augmentation de la taxe passager prise par arrêté du gouvernement. Objectif : équilibrer le compte d’exploitation du gestionnaire de l’aérodrome de Magenta, c'est-à-dire la CCI.

Brigitte Whaap (CM) Publié le

La redevance pour les passagers d’Aircal augmente à partir de ce mardi 2 juillet. Elle passe de 525 à 700 francs CFP , soit 175 francs en plus sur les billets d’avion. Air Calédonie a informé ses clients, mais la décision a été prise par arrêté du gouvernement en mai dernier.
«  Il s’agit bien évidemment d’une décision qui n’émane pas de la compagnie Air Calédonie » explique Samuel Hnepeune, le directeur général d’Aircal, « mais l’idée pour nous aujourd’hui est de mettre en oeuvre le mesure qui est une décision du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie ». 
 

Equilibrer les comptes

Des infrastructures qu’il faut entretenir et sécuriser, c’est le rôle de la Chambre de Commerce et d’Industrie, qui gère l’exploitation de l’aérodrome de Magenta. Le budget global de fonctionnement est de 260 millions. Cette augmentation de la redevance va permettre l’équilibre des comptes sans intervention de la part du gouvernement.
« Jusqu’à présent, l’aéroport avait un déficit chronique pour réaliser ses missions, et ce déficit était financé par le gouvernement » rappelle Charles Roger, le directeur général de la CCI. « Le retour à l’équilibre a été décidé collégialement avec les usagers, avec la Nouvelle-Calédonie, avec les provinces, en 2016 et on s’était entendus pour que ce retour à l’équilibre se fasse progressivement. Donc c’est pour çà qu’on avait donné suffisamment d’anticipation et de visibilité aux usagers pour qu’ils sachent quand on allait augmenter. Là, on est à la troisième étape d’augmentation, qui sera la dernière, et qui permet un retour à l’équilibre sur Magenta ». 
 
Si la CCI gère l’aérodrome, l’investissement ou le contrôle des passagers restent à la charge du gouvernement. Une augmentation de la taxe pour un meilleur accueil des quelques 433 000 personnes qui prennent l’avion annuellement.

Le reportage de Brigitte Whaap