Tanéo, le nouveau réseau de transport en commun pour 2019

Tanéo SMTU Néobus

Il sera lancé officiellement le 1er septembre 2019 avec la fusion de Karuïa et Carsud. Les usagers doivent s’attendre à une nouvelle organisation de leur outil de transport. Pour les accompagner, une campagne de communication sous forme de spots radio et télé sera lancée dès lundi.

Clarisse Watué (et Caroline Moureaux) Publié le , mis à jour le

Bus, numéros de ligne, itinéraires, horaires, tout va changer dès la mise en service le 1er septembre 2019 du réseau Tanéo.
Tanéo, c’est le résultat de la fusion entre les compagnies Karuïa et Carsud. 

Tanéo SMTU Néobus
© DR


Une révolution

« La révolution la plus importante, c’est la ré-organisation des transports dans l’agglomération » explique Georges Naturel, maire de Dumbéa et 4ème Vice président du SMTU. « Aujourd’hui, celui qui part de Tontouta pour aller au Val Plaisance, il lui faut trois tickets !  Ce ne sera plus le cas : il y aura un seul ticket. Même si Karuïa et Carsud continueront d’exister, c’est le réseau Tanéo qui va organiser tout ce transport, et ce sera totalement transparent pour les usagers. »

Cette nouvelle réorganisation du transport devrait aussi permettre de réduire le temps d’attente des usagers. 
La sécurité sera renforcée avec des personnes présentes dans les bus et les stations, et des véhicules équipés de caméra.
Les bus seront aménagés pour être plus accessibles aux personnes à mobilité réduite avec un emplacement pour fauteuils roulants.
Tanéo SMTU Néobus
© DR
 

Un nouveau système de paiement

Le système de paiement ne sera plus le même. « On oublie le mode abonnement et on passe sur un porte-monnaie transport, c’est à dire qu’on peut acheter des titres au fur et à mesure de son mois » explique Hugues Leboulaire, chef de projet Tanéo. « Et au fur et à mesure des validations, dès qu’on a atteint un plafond de validations, on continue à valider et on voyage gratuitement. »
Tanéo SMTU Néobus
© DR

Le coût du projet, on le rappelle, est de 20 milliards de francs CFP.

Le reportage de Bernard Lassauce et Claude Lindor