Les stocks de nickel fondent, les cours remontent

NICKEL
© Alain Jeannin | Acier à haute teneur en nickel (60%) Deutsche Nickel Schwerte

Les cours du nickel sur le Shanghai Futures Exchange ont été globalement plus forts lors de la séance asiatique du mardi 13 février. Les cours du métal progressent, portés par une baisse rapide des stocks mondiaux. Mais pas seulement.

Alain Jeannin
Publié le , mis à jour le

Dans les entrepôts du LME, les briquettes et cathodes de nickel déterminent les cours mondiaux du métal. « Les stocks ont baissé de 15 852 tonnes depuis le début du mois de février. Ils ne sont plus que de 341 160 tonnes » indique Larco, le producteur grec de nickel. En 2017, les stocks mondiaux de nickel sont restés sur le seuil de 380 000 tonnes, la baisse est donc particulièrement importante.

Des cours élevés à Shanghai

Le contrat de nickel du mois de mai sur le SHFE se négociait à 100 620 yuans (15 922 dollars) la tonne à 10 heures, heure de Shanghai. Des cours plus élevés que ceux du LME de Londres (13 372 euros) la tonne (+2,00 %). Les prix du nickel continuent de progresser, en Asie comme en Europe le contexte macro-économique est favorable au métal.

« Le contexte fondamental du Nickel est plutôt optimiste. Le gouvernement philippin a fermement rejeté l'idée de lever l'interdiction concernant l'exploitation minière à ciel ouvert. De plus, la projection optimiste de la consommation mondiale de nickel par l'industrie des véhicules électriques soutient le marché » souligne Andy Farida, analyste au Metal Bulletin de Londres.

Le marché est en déficit

Selon les dernières statistiques de l'International Nickel Study Group (INSG), la production totale de l'Indonésie a dépassé celle des Philippines pour en faire le premier producteur de minerai de nickel. Le groupe de recherche a également rapporté que le marché mondial du nickel pur et raffiné accusait un déficit de 77 432 tonnes pour la période janvier-novembre 2017, ce qui devrait apporter un soutien au cours du nickel dans les prochains mois.

Un concurrent de Vale réagit

Cette situation nouvelle fait réagir le producteur Sherrit Intl Corp qui évoque une prochaine augmentation de sa production de nickel et de cobalt dans son usine hydro métallurgique d’Ambatovy à Madagascar. « Ils envisagent désormais une production de 40-43 000 tonnes en 2018, soit 4 000 tonnes de plus  » révèle le négociant londonien Marex Spectron. Ambatovy Nickel est comparable à l’usine du Sud (VNC) de Nouvelle-Calédonie.

Du côté des compagnies minières et métallurgiques, ERAMET et GLENCORE présenteront leurs résultats annuels mercredi 21 février. On regardera attentivement les chiffres de la branche nickel qui devraient être meilleurs que l’an dernier.