Rencontres, perspectives, affaire des brevets: le patron de l'IRD évoque son séjour en Calédonie

Bilan du séjour de Jean-Paul Moatti, avec Edouard Hnawia, 4 décembre 2018
© NC la 1ere / Sylvie Hmeun | Edouard Hnawia, directeur de l'IRD, et son PDG Jean-Paul Moatti.

Le patron de l’IRD satisfait des dix jours qu’il vient de passer en Calédonie. La recherche s’y porte bien, estime Jean-Paul Moatti, et les perspectives sont enthousiasmantes. Ce séjour a aussi permis d'évoquer avec le Sénat coutumier l'affaire de biopiraterie relancée cette année.

William Kromwel et Sylvie Hmeun, avec F.T. Publié le , mis à jour le

La suite à donner aux Assises de l’Outre-mer, l’innovation sur le Caillou, les perpectives pour l’année à venir: autant de sujets que Jean-Paul Moatti a abordés ces dix derniers jours. Le patron de l’IRD au niveau national venait rencontrer les partenaires institutionnels, académiques et scientifiques de l’Institut de recherche pour le développement en Calédonie.
 

De retour après le référendum

«J’avais dit, lors de mon premier passage, en avril, que je reviendrais après les résultats du référendum pour affirmer, quels que soient ces résultats, qu'on continuerait à faire de la recherche avec nos partenaires calédoniens une priorité de l'IRD», a-t-il expliqué, ce mardi matin, à William Kromwel. 
 

L'affaire du brevet

Dans sa tournée des institutions, Jean-Paul Moatti a rencontré le Sénat coutumier. Et il a été notamment question d'une affaire de biopiraterie autour de connaissances ancestrales kanak. En mars dernier, les sénateurs ont décidé de mandater un avocat pour les représenter «relativement aux brevets portant sur des extraits de plantes calédoniennes, déposés par la société Les Parfums Christian Dior avec le concours de l’Institut de recherche pour le développement». Avec pour consultant scientifique un professeur en droit de l'université d’Ottawa, au Canada.
 

Démarches

Les faits remontent aux années quatre-vingt-dix . «Dior a déposé un brevet sur la base d’un travail qui avait été fait, entre autres, par un thésard de l’IRD», corrige le président-directeur général de l'IRD, «sans nous en parler, sans qu’on ait la moindre conséquence par rapport à ça». Et Jean-Paul Moatti d'ajouter:  «S’il y a une action à entreprendre, avec une chance de succès, de la part du Sénat coutumier […], on sera évidemment à leurs côtés.» 
Il est interrogé par William Kromwel et Sylvie Hmeun.

A retrouver au JT de 19h30.

L'actu en vidéo

Edition spéciale Comité des signataires

Edition spéciale Comité des signataires