A la rencontre des femmes de province Sud

Photo rencontre femmes mission condition féminine province sud bus Bourail (17 mai 2017)
© NC 1ère / Cédric Wakahugnème

Chaque année, la mission à la condition féminine sillonne la province Sud pour en rencontrer les habitantes, et recenser leurs besoins. Thème de cette année : le travail au féminin. Ce mercredi 17 mai, après l'île des Pins et avant Thio, elle s'est arrêtée à Bourail. 

Cédric Wakahugnème avec F.T. Publié le

Le bus de la mission à la condition féminine passera par Thio mardi prochain, il se trouvait hier à Bourail. Au centre d’activités de Poé, plus d’une quarantaine de femmes se sont installées sous le faré, arrivant de Boulouparis, La Foa, Moindou, Bourail et Poya.

«Plein de mamans éloignées»

Objectif de la rencontre : créer du lien, mais aussi rendre les renseignements accessibles. « Aujourd’hui, ces femmes qui ont des velléités de monter des projets pourront trouver des informations », explique Nicole Robineau, qui préside la mission à la condition féminine de la province Sud. « C’est important que l’information vienne vers nous, souligne Ida Némouaré, de La Foa, car nous avons pleins de mamans qui vivent dans les tribus et sont donc éloignées du village. C’est très bien de créer ces espaces-là. »

«Besoin d'être reconnues dans le travail»

Hier, les échanges ont duré toute la journée. La lutte contre les violences faites aux femmes reste l’une des priorités de la mission. Chaque année, elle sillonne le territoire de la province pour rencontrer les habitantes et recenser leurs besoins. « C’est inévitable, renchérit Nicole Robineau, l’élue du Sud. Ce qui a été dit, il y a plus de dix ans, n’est aujourd’hui plus d’actualité. Les femmes ont besoin d’être reconnue dans le travail qu’elles font. » Le travail au féminin est donc le thème des rencontres, qui découle du plan triennal 2016-2018 de la province Sud. Les associations Adie et Initiative NC participaient à cette journée, aux côté de la Defe, la direction provinciale de l’économie et de l’emploi. 

«Plus-value»

Femme d’initiative, Edna Bouéron s’est lancée dans la culture de la vanille après six années en tant qu’écrivain public. Ce rendez-vous à Bourail est l’occasion de partager son expérience. «Je trouve qu’il y a beaucoup de femmes qui savent énormément de choses mais elles ne savent pas les mettre en avant, indique la participante. Il faut qu’elles valorisent leur savoir-faire et leur savoir-être. C’est une véritable plus-value. Il faudrait également que ces espaces d’informations soient ouverts aux petites associations dans les tribus.»

Prochains rendez-vous

Après l’île des Pins la semaine dernière, le bus de la condition féminine poursuivra son chemin. Le mardi 23 mai, de 10 heures à 15h30, il fera escale à l’annexe de la mairie de Thio. Puis sera au marché de Touaourou, à Yaté, le mardi 30 mai, aux mêmes heures.