Référendum: l’analyse inquiète en privé d’Emmanuel Macron

Propos du président sur le référendum

Le Canard enchaîné paru ce mercredi révèle des propos que le président de la République aurait tenus après le résultat du scrutin d’autodétermination en Nouvelle-Calédonie. Une réaction plus inquiète que son allocution officielle. 

Françoise Tromeur
Publié le

Dimanche, Emmanuel Macron n’a pas tardé, pour donner son analyse du référendum. Dès 23 heures, horaire de Calédonie, il réagissait dans une allocution télévisée: «Je veux aussi dire la fierté pour le chef de l'État que la majorité des Calédoniens aient choisi la France. C’est pour nous une marque de confiance dans la République française, dans son avenir et dans ses valeurs.»
 

Ce "Non" n’a rien de franc et massif. Il sera interprété par beaucoup comme un "Oui, peut-être" ou un "Oui, bientôt".

 

Un non qui dit oui?

Voilà pour le discours officiel. Mais en privé, la parole présidentielle se fait plus inquiète, révèle Le Canard enchaîné dans son édition de la semaine.
 
Extrait du Canard enchaîné, référendum, Macron
 

«Signal d'alerte»

Ce «Non» à 56 % «est un signal, et plutôt un signal d’alerte», aurait dit Emmanuel Macron lundi matin. Et d’ajouter: «Ce "Non" n’a rien de franc et massif. Il sera interprété par beaucoup comme un "Oui, peut-être" ou un "Oui, bientôt".» 
 

Si on veut garder ce territoire dans la République, ce qui est hautement souhaitable, il faut, partiellement, progressivement et réellement, le décoloniser.

 

Décoloniser

Après la consultation du 4 novembre, le Premier ministre Edouard Philippe souhaite se concentrer sur les sujets économiques et sociaux - il l'a dit lundi soir, également à la télé. Le président de la République, lui, considère selon le même hebdomadaire satirique que «si on veut garder ce territoire dans la République, ce qui est hautement souhaitable, il faut, partiellement, progressivement et réellement, le décoloniser.» Voilà de quoi alimenter les discussions du prochain comité des signataires...

Ecoutez le sujet radio de Serge Massau pour La 1ere.