Dans le sillage des éboueurs à Tina

Eboueurs Noël 25 decembre 2018 L.Schintu
© NCla1ere/Laura Schintu

Pendant la période des fêtes, la vie suit son cours pour ces travailleurs de l’ombre qui ont réalisé en ce jour de Noël, une dizaine de tournées dans les quartiers nord de la capitale. Comme à Tina où ils sont très attendus et surtout très bien accueillis par les riverains.   

 

Par Loreleï Aubry (Viviane Béhar) Publié le , mis à jour le

Depuis 6 heures du matin, une vingtaine d’agents municipaux tournent dans les rues de Nouméa pour collecter les ordures ménagères. En cette période de fêtes, un renfort d’équipe a été organisé pour venir à bout des quelques 130 tonnes de déchets généralement ramassés le 25 décembre. Et c’est dans une atmosphère de bienveillance générale que de nombreux riverains remercient, chacun à leur manière, ces héros du quotidien. « Les gens sont  gentils, ils nous donnent à boire parce qu’ils savent qu’il fait chaud », confie Didier Wamoé, ripeur d’ordures ménagères. « Ils nous offrent aussi des gâteaux, des chocolats et ils compatissent au fait qu’on travaille le 25 alors. Normalement on est sensé être avec notre petite famille. Mais bon, c’est comme ça, ça fait parti de notre contrat avec la mairie. On n’a pas le choix. Si on le fait pas, qui va le faire ? »
 

Un métier risqué et accidentogène

Et ça rend sûrement l’effort plus supportable d’avoir des cadeaux et des marques de sympathie.  Cela crée forcément des liens. « Oui voilà les gens nous connaissent car on les côtoie tous les jours. On lie une forme d’amitié avec ces personnes », conclut Didier Wamoé. 
Si les conditions de travail sont relativement agréables en ce jour de Noël, le métier n’en demeure pas moins risqué et accidentogène. La hantise des ripeurs, comme on les appelle dans la profession est de tomber sur des objets coupants ou dangereux.
 

Parfois de mauvaises surprises

Ernest Kai, chef d’exploitation  « Des fois on a des mauvaises surprises », explique Ernest Kai, chef d’exploitation. «  On voit dans les poubelles des déchets non conformes, type batterie ou pièces diverses de véhicule… On trouve aussi des produits chimiques et parfois même des seringues. Nous, nous sommes là pour collecter  uniquement les ordures ménagères. » 
En toute discrétion, ces professionnels de la propreté continueront de faire place nette devant les maisons et dans les bacs à poubelle. Un dispositif exceptionnel et quotidien amené à durer jusqu’au 5 janvier prochain.