Explosion sous contrôle de l'obus trouvé au Mont-Dore

Capture plongeurs Nedex déminage obus plage Leko Vallon-Dore (18 mai 2017)
© NC 1ère / Michel Bouilliez | Les hommes du Nedex durant le déminage, le jeudi 18 mai, au Vallon-Dore.

Nedex, sécurité civile de la Nouvelle-Calédonie, pompiers, gendarmes, police municipale : tous étaient mobilisés sur le littoral du Mont-Dore, ce jeudi 18 mai, pour neutraliser l'obus de la Seconde guerre mondiale découvert par un plongeur amateur.

Isabelle Peltier avec F.T. Publié le , mis à jour le

Faire exploser un obus de la Seconde guerre mondiale n’est pas forcément chose aisée. Ce matin du jeudi 18 mai, toutes les précautions avaient été prises pour mener à bien cette intervention au Vallon-Dore, à quelques mètres de la plage Leko et de sa mise à l'eau.

A marée haute

L'opération a été programmée à marée haute : deux mètres d’eau recouvraient l’engin repéré quelques jours plus tôt par un plongeur amateur. Un périmètre de sécurité de 150 mètres a été prévu, sur mer comme sur terre. Tous les résidents dont le domicile était situé dans cette zone ont été priés d’évacuer les lieux.

Un obus de 40 mm 

L’engin était en effet évalué comme dangereux par les spécialistes du Nedex, le service de destruction des engins explosifs de l’armée. André est le seul plongeur-démineur en Nouvelle-Calédonie. «Il s’agit d’un obus de 40 millimètres, précise-t-il, abandonné là par les Américains à la fin de la Seconde guerre mondiale, avec une fusée dangereuse.»

Photo plongeurs déminage Nedex obus plage Vallon-Dore (18 mai 2017)
© NC 1ère / Michel Bouilliez | Première étape, relocaliser l'obus.

En trois temps

L’opération s’est déroulée en trois temps : la relocalisation de l’engin, sa neutralisation et, enfin, la mise à feu de l’explosif déposé par le plongeur-démineur.

Photo exploision déminage Nedex obus plage Vallon-Dore (18 mai 2017)
© NC 1ère / Michel Bouilliez | Boum, explosion de l'obus !


Lié à l'histoire

Ce type d’intervention s’est déjà présentée et c'est directement liée à l’histoire de la Nouvelle-Calédonie, rappelle André : «Nous avons déjà réalisé ce type d’opération, plus souvent en atmosphérique qu’en subaquatique. Chacun sait qu’il subsiste beaucoup de munitions en Nouvelle-Calédonie, car les Américains se sont beaucoup entraînés sur place.»

A suivre, les munitions

Restent les munitions qui ont été découvertes au même endroit. Une autre opération les concernant devrait être menée, la semaine prochaine.

Photo camion déminage Nedex obus plage Leko Vallon-Dore (18 mai 2017)
© NC 1ère / Michel Bouilliez